Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des élus soutiennent financièrement les anciens salariés d’Ardennes Forge

mardi 1 mars 2016 à 12:22 Par Martin Bourdin, France Bleu Champagne-Ardenne

Condamnés par la cour d’appel de Reims à rembourser 430 000 euros de trop-perçus, les anciens salariés de l’usine Ardennes Forge de Nouzonville ont décidé de se pourvoir en cassation. Des élus locaux ont décidé de payer les frais de justice : 4 000 euros.

L'usine Ardennes Forge avait fermé ses portes il y a neuf ans
L'usine Ardennes Forge avait fermé ses portes il y a neuf ans © Maxppp - PHOTOPQR/L'UNION DE REIMS

Nouzonville, France

Les anciens salariés d’Ardennes Forge, basée à Nouzonville, reprennent leur combat judiciaire contre leur ancien employeur. Ils ont décidé de se pourvoir en cassation pour annuler la décision de la cour d’appel de Reims. Mi-janvier, elle avait condamné les 47 anciens salariés à rembourser 430 000 des 900 000 euros perçus pour dédommager leur licenciement en 2010. De l'argent que beaucoup d'entre eux ont investi, certains pour créer des entreprises, et qu'ils ne sont donc pas en mesure de rembourser.

"Ça fait huit ans que ça dure, soupire Rémi Petitjean, un ancien de l’usine. On a encore pris un sacré coup en appel. Notre ancien employeur a été condamné au pénal. On dit toujours que le pénal l’emporte sur le civil et là, ce n’est pas le cas. On espère vraiment pouvoir l'emporter en cassation. C'est notre seul recours".

Des élus mettent la main à la poche

Dans leur combat, les anciens salariés d'Ardennes Forge ont reçu un soutien très important de la part des élus locaux : huit d’entre eux, ont décidé de financer les frais liés à ce pourvoi, soit 4 000 euros. Chaque élu versera 500 euros "C'est un geste de solidarité normal", explique Pierre Cordier, élu au conseil départemental des Ardennes, qui souligne qu'il s'agit aussi d'un soutien moral "Je les connais bien, certains ont retrouvé un travail mais d'autres non, ils bénéficient des minima sociaux. Ce n'est pas simple donc c'est une façon de leur donner un peu de confiance en l'avenir".

"Cela doit rester exceptionnel"

Si ce pourvoi en cassation n'aboutit pas à l'annulation du jugement de la cour d'appel de Reims, les ex salariés d'Ardennes Forge devront rembourser les 430 000 euros de trop-perçus et les élus n'excluent pas, alors, de leur venir une nouvelle fois en aide. "J'ai confiance en la justice et j'espère qu'ils auront gain de cause, explique Pierre Cordier, mais dans le cas contraire on verra ce que l'on peut faire pour eux, c'est une somme importante à trouver". Ayant lui-même travaillé dans cette usine Ardennes Forge, il se sent proche des salariés, mais il avoue qu'il ne faut pas que cette situation fasse jurisprudence"On est dans un cas exceptionnel. J'espère que la situation économique va s'améliorer dans notre département pour qu'on n'ait pas régulièrement d'autres coups de pouce financiers de ce type à donner à des salariés".

Les huit élus qui ont décidé d'aider financièrement les anciens salariés d'Ardennes Forge sont les sénateurs Benoît Huré et Marc Laménie. Les députés Bérangère Poletti, Jean-Luc Warsmann et Christophe Léonard, le maire de Charleville-Mézières Boris Ravignon, le maire de Nouzonville Florian Lecoultre et Pierre Cordier, conseiller départementale élu du canton de Nouzonville.