Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les artisans bretons confrontés à la pénurie de matériaux de construction

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu

La flambée des prix des matériaux de construction touche les artisans bretons, comme les professionnels d'autres régions. À cause des difficultés d'approvisionnement, certains futurs chantiers pourraient être compromis.

Pénurie matériaux (illustration)
Pénurie matériaux (illustration) © Radio France - Rémy PERRIN

C'est un phénomène qui devient de plus en plus courant. Certains artisans ne peuvent plus travailler sereinement, angoissés à l'idée de ne plus trouver assez de matériaux pour continuer leurs chantiers. Que ce soit le bois, le métal, le PVC ou le verre, la pénurie de matériaux touche tous les secteurs. La Bretagne n'est pas épargnée par cette crise de l'offre.

C'est arrivé "pas plus tard que ce matin", raconte Gwendal Gourmelon, artisan chez BA Bois à Quimper : "Nous avions besoin de panneaux de contreventement en bois. On a fait plusieurs boutiques et nous n'avons pas pu trouver ce que nous voulions. Il faut sans cesse réfléchir pour trouver des alternatives.

ECOUTEZ - Gwendal Gourmelon, BA Bois : "La réalisation de devis impactée par la pénurie"

Plusieurs causes derrière cette pénurie

Si cette situation existe, c'est à cause de plusieurs facteurs. D'abord, l'arrêt de certaines usines pendant les confinements a stoppé une partie de la production. Puis, l'engouement des Français pour la rénovation a explosé l'année dernière. Enfin, pour le bois, l'arrêt des importations américaines de bois canadien a eu pour conséquence une razzia des Etats-Unis sur les marchandises européennes. La part du gâteau, elle, reste la même et les autres acteurs du marché doivent se contenter du reste.

Un constat qui se ressent pour Alain le Roux, le responsable achat bois chez Tanguy Matériaux, grossiste de matières premières à Lannilis : "Depuis le début de l'année, on assiste à une hausse des prix du bois de 20 à 30%. Cela pose problème au niveau du bois de charpente. Tous les jours, il faut trouver des volumes, donc les achats deviennent très compliqués.

Pas plus de quatre semaines pour un devis

Alors, au niveau institutionnel, on s'organise. La CAPEB du Finistère, la confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment, a donné une consigne à ses artisans. "On préconise de faire un devis qui ne peut excéder quatre semaines", explique Robert Bernard, son vice-président, pour que la différence entre le devis et le prix réel après inflation soit minime. En attendant, "on bouffe nos marges et ce sont nos trésoreries qui en souffrent", admet Gwendal Gourmelon, de BA Bois Quimper. Cette crise ne fait que commencer et devrait continuer au minimum jusqu'au mois de septembre. 

ECOUTEZ - Le secteur du BTP confronté à la pénurie de matériaux

Choix de la station

À venir dansDanssecondess