Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Mayenne, les nounous s'inquiètent pour leur pouvoir d'achat

-
Par France Bleu Mayenne

Les assistants maternels de la Mayenne se rassemblent ce samedi 2 février à Laval. Il s'agit d'une manifestation contre la réforme de l'assurance-chômage.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Philippe NEU

C'est un mouvement national, ce samedi à Laval, de 10 h à 12 h, les assistants maternels mayennais se retrouveront devant la préfecture pour exprimer leur inquiétude vis-à-vis de la réforme de l'assurance-chômage.

Pour accélérer le désendettement de l’Unédic (l’organisme qui pilote l’assurance-chômage),  le gouvernement souhaite revoir le dispositif de « cumul emploi chômage », très utilisé par les assistants maternels. En effet, ces derniers sont en situation de multi-emplois. C'est le cas de Mickaël Guérin, assistant maternel à Mézangers. Ce quinquagénaire garde quatre enfants, cela représente 50 heures de travail par semaine pour 1400 euros net par mois "dans  mon cas, ces quatre enfants représentent quatre contrats signés avec les parents"

En fin de contrat, c'est à dire quand un enfant s'en va, l'assistant maternel est licencié par les parents et il touche une indemnisation chômage ( 57 à 75 % du revenu perdu). Cette allocation qui s'ajoute aux revenus des autres emplois conservés pourrait être revue à la baisse  "on compte sur cette aide là en attendant de trouver un autre contrat, si le gouvernement baisse cette allocation, certains seront obligés d'arrêter le métier, surtout que depuis 3 ans nous avons du mal à trouver des enfants à accueillir chez nous" s'inquiète Mickaël Guérin.

Samedi, les assistants maternels du département,l'ASSMAT 53, espère une rencontre avec le Préfet. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu