Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les attaques de sangliers font perdre gros aux vignerons de l'Hérault

dimanche 3 septembre 2017 à 6:48 Par Noé Hochet Bodin, France Bleu Hérault

Les vignerons de l'Hérault ne s'attendent pas à des vendanges records cette année à cause de la sécheresse mais aussi à cause des nombreux raids de sangliers.

Aux pieds des vignes, des grappes mangés et piétinés par les sangliers
Aux pieds des vignes, des grappes mangés et piétinés par les sangliers © Radio France - Noé Hochet-Bodin

Saint-Mathieu-de-Tréviers, France

Ils viennent piétiner et manger le pied des vignes. Et ce n'est pas les maigres clôtures qui vont les ralentir. Les sangliers perturbent les vignerons tous les ans. Mais cette année, à cause de la sécheresse, ils sont plus nombreux et arrivent plus tôt dans la saison.

Jusqu'à 10 000 euros de pertes

Frédéric Mézy, vigneron à Saint-Mathieu-de-Tréviers, estime qu'environ 10% de ses 35 hectares de vignes sont touchés par les attaques de sangliers.

Avec une période estivale particulièrement sèche, les sangliers assoiffés dévalent la montagne pour chercher de quoi boire. Ils trouvent alors les vignes de Frédéric sur leur route.

"Ils viennent déjà en avril pour prendre certaines grappes gorgées d'eau, mais ils reviennent l'été car le raisin est encore plus mûr et bien plus fruité"

Les clôtures sont données gratuitement par la Fédération nationale des chasseurs l'Hérault (un exemple ci-dessous). Malheureusement, elles ne délivrent pas assez d'électricité pour freiner les sangliers. "Souvent les bébés passent en-dessous de la clôture. Alors la mère force pour rejoindre ces petits, et tout l'édifice tombe", raconte Roger Mézy, qui a même vu une vingtaine de sangliers dans ses vignes une fois.

Les sangliers feront perdre environ 10 000 euros à Frédéric Mézy cette année. Pour tenter de réduire le nombre de sangliers mangeurs de raisin, la Préfecture a avancé la date d'ouverture de la chasse au sanglier.

Le reportage au Clos des Augustins

La vigneronne Pascale Rivière a mis en place un système de clôture contre les sangliers