Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les avions de l'école de chasse de Tours vont voler davantage en 2018 malgré le départ programmé pour Cognac d'ici 2021

mardi 10 octobre 2017 à 12:37 Par Boris Compain, France Bleu Touraine

C'est une surprise : il y aura davantage d'activité sur la base aérienne de Tours l'an prochain que cette année. Le colonel Vallette, qui commande la base 705, fait cette annonce qui peut sembler paradoxale dans la mesure où l'école de chasse va quitter Tours en 2021.

Il y a eu 24 000 décollages et atterrissages à Tours en 2016. Il y en aura davantage en 2017 et 2018.
Il y a eu 24 000 décollages et atterrissages à Tours en 2016. Il y en aura davantage en 2017 et 2018. © Maxppp - PHOTOPQR/LA NOUVELLE REPUBLIQUE

Indre-et-Loire, France

C'est officiel depuis quelques semaines : l'école de chasse de Tours sera délocalisée à Cognac en 2021. Toutefois, avant cette implantation, l'école de chasse va, bien sûr, continuer à former des pilotes, à Tours, et compte tenu des multiples engagements de l'armée française à l'étranger, il y a de plus en plus de pilotes à former.

Résultat : les appareils de l'école de chasse vont voler 6000 heures cette année, et 6300 heures l'an prochain.

Le Colonel Vallette commande la base aérienne 705 et la base de défense de Tours depuis septembre 2017 - Radio France
Le Colonel Vallette commande la base aérienne 705 et la base de défense de Tours depuis septembre 2017 © Radio France - Boris Compain

24 000 décollages et atterrissages en 2016 à Tours

Si on cumule les vols militaires et les quelques vols civils, il y a eu 24 000 décollages et atterrissages en 2016, et il y en aura donc davantage jusqu'à fin 2018. Ensuite, selon le colonel Vallette, l'activité aérienne militaire va baisser progressivement, jusqu'à son arrêt complet, en 2021.

Le déménagement de l'école de chasse va entraîner le départ de 400 à 450 militaires : des pilotes, des mécaniciens, des contrôleurs aériens et quelques pompiers. Ce sont eux, actuellement, qui permettent à l'aéroport de Tours de fonctionner. Les négociations continuent entre les élus locaux, le département, la région et l'état, pour tenter de trouver une solution pour assurer la pérennité de l'aéroport civil de Tours après 2021.

L'armée de l'air maintiendra une présence forte en Touraine, après 2021, avec 1 800 militaires sur la base 705 et à Cinq-Mars-La-Pile

A Tours, outre l'école de chasse, on trouve notamment :

  • la Direction des Ressources Humaines de l'armée de l'air
  • Le service chargé de la solde des aviateurs
  • Un centre de sélection spécialisée qui voit passer 2700 stagiaires par an : soit des candidats à l'entrée dans l'armée, soit des militaires qui veulent changer d'affectation
  • Un centre de langue aéronautique qui propose des formations en anglais, dans le cadre de la formation continue, et qui reçoit 850 stagiaires par an
  • les commandos de l'air, qui assurent la sécurité du site

L'armée de l'air dispose aussi de 400 militaires à Cinq-Mars-La-Pile : ils assurent le fonctionnement du Centre de Détection et de Contrôle de l'Espace Aérien. Un organisme dont il n'existe qu'un seul équivalent en France, à Lyon. Il surveille le ciel français 24 heures sur 24 et 365 jours par an.