Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les bars ferment à 22 heures dès lundi à Saint-Étienne Métropole, Roanne, Mably, Le Coteau et Riorges

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les bars doivent fermer à 22h dès ce lundi dans les 53 communes de Saint-Étienne Métropole mais également à Roanne, Riorges, Le Coteau et Mably. Décision de la Préfecture de la Loire, car dans ces secteurs, la circulation du coronavirus est particulièrement importante.

Un panneau place Jean-Jaurès à saint-Étienne (Image d'illustration)
Un panneau place Jean-Jaurès à saint-Étienne (Image d'illustration) © Radio France - Mathilde Montagnon

Pour lutter contre l'épidémie de coronavirus qui prend de l'ampleur dans le sud de la Loire et dans le Roannais, la Préfecture de la Loire a pris un arrêté qui impose la fermeture des bars à 22h. Cela concerne les 53 communes de Saint-Étienne Métropole ainsi que Roanne, Riorges, Le Coteau et Mably.

Mais pour les cafetiers déjà fragilisés par le confinement du printemps, c'est un nouveau coup dur économiquement. "Nous faire fermer à 22h ça veut dire 22h plus de clients, explique Alain Bataillon le patron de l'Union Jack situé place Neuve à Saint-Étienne. Donc les consos ont les arrêtent avant, donc en gros réellement c'est 21h30. Ils sont en train tout simplement de nous tuer".  Alain Bataillon estime qu'il réalise 50% de son chiffre d'affaire après 22h en temps normal. 

Ce cafetier vit cette décision comme une injustice alors qu'avec ses collègues ils ont respecté les gestes barrières ces dernières semaines. "Moi j'en ai eu pour près de 4.000 euros d’investissement en plexiglas pour séparer l'extérieur, pour créer des groupes de 10 etc... et malgré ça on nous dit de fermer après 22h. C'est du grand n'importe quoi. Ils sont en train de tout tuer économiquement. Beaucoup de mes CDI vont retourner au chômage partiel. J'avais pris des contrats étudiants en CDD, et bien ils seront en licenciement".

Certains estiment même que cette décision pourraient favoriser les clusters, car certains clients pourraient continuer à faire la fête, à domicile, sans qu'aucun contrôle ne soit alors possible. "Ils vont rester chez eux, ils vont faire la fête entre eux, estime Unlu Umit le gérant du Deer Pub situé rue des Martyrs de Vingré. Nous, ici, on oblige les gens à porter le masque. On oblige les gens à être assis. On oblige les gens à respecter certaines choses. Alors que chez eux ils vont être une vingtaine, une trentaine, ils vont prendre de l'alcool, personne ne va avoir de masques, tout le monde va être entassé les uns sur les autres. C'est pas trop compréhensible". 

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess