Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Les bars, les restaurants vont rouvrir le 2 juin mais vont rester très fragiles

-
Par , France Bleu Breizh Izel

C'est l'une des inquiétudes de l'UMIH, l'Union des métiers et industries de l'hôtellerie : si les restaurants, les bars peuvent rouvrir au 2 juin, les trésoreries restent fragiles. Le bilan se fera en fin d'année.

Préparatifs de la reprise dans un restaurant (illustration)
Préparatifs de la reprise dans un restaurant (illustration) © Radio France - Philippe Paupert

Le premier ministre annonce  la réouverture des bars et des restaurants au 2 juin (uniquement les terrasses en Ile-de-France). C'est un soulagement pour les professionnels qui tablaient sur cette date et préparent la réouverture depuis plusieurs jours. 

C'est l'angoisse !

A Beg Meil, dans le sud Finistère, Hubert Jan va réunir ses salariés, avant d'envisager de re-dresser les tables jeudi ou vendredi. "C'est l'angoisse de savoir si on peut _réaliser un chiffre d'affaire qui correspond à ce qui doit être fait sur l'entreprise_", estime le patron de la branche restauration de l'UMIH, le patron en Finistère de l'Union des métiers et industries de l'hôtellerie. 

"L'angoisse de savoir _si les clients vont revenir_. On évalue à un client sur trois qui ne va pas revenir au restaurant tout de suite."

Le chômage partiel est une sécurité.

Une mesure saluée par Hubert Jan _: "Le chômage partiel est une vraie sécurité pour les salariés et l’entreprise. Il continue sûr jusqu’à fin septembre, vraisemblablement jusqu'à la fin de l'année. On essaie de le poursuivre jusqu'au deuxième trimestre 2021_. Rien n'est gagné, le pire reste à venir notamment sur la fin de l'année. Peut-être que les volumes d'affaires réalisés cet été ne seront pas suffisants pour couvrir les charges qui incombent aux entreprises sur toute l'année."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu