Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les betteraviers veulent proposer un projet de reprise de la sucrerie d'Eppeville dans la Somme

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

Les betteraviers s'organisent face aux menaces qui pèsent sur leur avenir. Le syndicat de la profession souhaite proposer un projet de reprise des sucreries Saint-Louis d'Eppeville dans la Somme et de Cagny dans le Calvados.

La sucrerie d'Eppeville à l'Est de la Somme doit fermer au printemps 2020
La sucrerie d'Eppeville à l'Est de la Somme doit fermer au printemps 2020 © Radio France - Elodie Touchais

Eppeville, France

C'est la riposte des betteraviers par rapport aux menaces qui pèsent sur leur secteur. Le syndicat de la profession souhaite proposer un projet de reprise des sucrerie Saint-Louis d'Eppeville dans la Somme et de Cagny dans le Calvados. Un projet qui devrait être présenté le 15 mai prochain à la direction du groupe allemand Südzucker, maison mère de Saint-Louis.

76 salariés d'Eppeville "reclassés" à Roye

Les deux sites betteraviers ont été secoués le mois dernier par les annonces de suppressions de postes. A Eppeville, dans l'Est de la Somme 76 des 126 salariés dédiés à la production seraient reclassés à "poste équivalent" dans le site voisin de Roye, tandis que la plupart des salariés restants seraient maintenus sur le site, notamment pour assurer des activités de déshydratation et de stockage. 

Dominique Fievez, président de la confédération générale des planteurs de betteraves de la Somme

La maison-mère allemande de Saint-Louis Sucre souhaite supprimer 74 des 82 postes de la sucrerie de Cagny dans le Calvados et 53 des 58 que compte le site historique de conditionnement de Marseille. Au-delà des salariés, ce sont des centaines de planteurs de betteraves à sucre qui risquent, faute de débouchés, subir une remise en cause de leur modèle économique. 1.268 planteurs travaillent autour d'Eppeville.

C'est la bonne solution. 

Pour Stéphane demilly, député centriste de la cinquième circonscription, le secteur d'Eppeville, une reprise de la sucrerie Saint-Louis par les betteraviers serait "la bonne solution". Et l'élu d'expliquer que "si le cours du sucre a chuté de façon conjoncturelle, c'est très volatile comme marché, on sait que le cours va remonter et que l'activité va redevenir rentable. Sauf que lorsque cela va redevenir rentable, ce sont les outils allemands qui vont en bénéficier, pas les français", prévient Stéphane Demilly qui veut faire en sorte que l’État accompagne la Confédération des Betteraviers dans cette démarche. 

Stéphane Demilly, député de la cinquième circonscription de la Somme