Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les boulangers d'Indre-et-Loire cherchent désespérément de la main-d'oeuvre

-
Par , France Bleu Touraine

C'est un constat dressé par la fédération des boulangers d'Indre-et-Loire : il est de plus en plus difficile de recruter. En cause, les contraintes horaires du métier et le salaire trop peu élevé. La fédération va lancer une grande consultation en partenariat avec Pole Emploi.

Les boulangeries ont du mal à recruter en Touraine.
Les boulangeries ont du mal à recruter en Touraine. © Maxppp - Jean-Luc Flémal

Indre-et-Loire, France

La Fédération des boulangers d'Indre-et-Loire cherche de la main-d'oeuvre ! Elle va lancer dans les prochaines semaines un dispositif, en partenariat avec Pole emploi et la Chambre des Métiers et de l’Artisanat à Tours, afin de recruter plus facilement dans notre département. 

240 boulangeries en Touraine

Le dispositif se déroule en trois actes. D'abord un "job dating" lancé dans les prochaines semaines, ensuite un stage de 400 heures en boulangerie. Si le stage s'est avéré concluant, une formation qualifiante de dix mois est proposé au candidat. 

L'Indre-et-Loire compte actuellement 240 boulangeries, avec une moyenne de cinq salariés par magasin : "Le plus gros point noir, c'est qu'il y a un trop gros turn over. Les salariés vont et viennent", explique Philippe Désiles, président de la fédération des boulangers d'Indre-et-Loire. 

"Aujourd'hui, un boulanger n'a plus besoin de se lever à 1 h du matin", Philippe Désiles, président de la fédération des boulangers d'Indre-et-Loire.

Et quand un salarié s'en va, il est difficile de trouver rapidement un remplaçant. En cause, les contraintes horaires du métier, mais aussi un salaire qu'il juge trop peu élevé : "Notre objectif, c'est de valoriser les salaires. Pour ça, il faudrait envisager des charges moins importantes, pour valoriser la profession avec des salaires plus élevés.

Le président de la fédération des boulangers d'Indre-et-Loire rappelle qu'aujourd'hui, un boulanger "ne se lève plus à 1 h du matin, mais aux alentours de 3 h ou 4 h.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu