Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les buralistes de Moselle demandent un moratoire sur le prix du tabac pour avoir le temps de se diversifier

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Face à la hausse des prix du tabac et à la baisse inquiétante du nombre de bureaux de tabac en Moselle, les buralistes mosellans demandent un moratoire sur les prix du tabac pour avoir le temps de se diversifier. Ils ont signé un plan de transformation avec l'Etat.

Le nombre de buralistes en Moselle est passé de 500 dans les années 2000 à 207 aujourd'hui
Le nombre de buralistes en Moselle est passé de 500 dans les années 2000 à 207 aujourd'hui © Radio France - Aurélien Accart

Talange, France

Doucement mais sûrement la cigarette devient un produit de luxe, avec un paquet de cigarettes qui devrait atteindre les 10 euros en 2020. Pendant ce temps, les buralistes souffrent, surtout les buralistes frontaliers, comme en Moselle. Dans notre département, leur nombre a fortement baissé : ils étaient 500 dans les années 2000, ils ne sont plus que 207 aujourd'hui. 

Pour ne pas disparaître, les buralistes de Moselle demandent donc aujourd'hui un moratoire sur le prix du tabac pour avoir le temps de se diversifier. Réunis fin avril en assemblée générale, la chambre syndicale des buralistes de Moselle en a fait la demande formelle : "Nous demandons ce moratoire car la situation l'exige", explique son président Antoine Palumbo.

Notre objectif est de devenir le drugstore de demain 

Les buralistes ont signé avec l'Etat un plan de transformation de 80 millions d'euros jusqu'en 2021, pour les aider à se diversifier et être moins dépendants des ventes de tabac. "Notre objectif est de devenir le drugstore de demain", précise Antoine Palumbo, qui vend déjà dans son bureau de tabac de Talange "des tickets de bus, bientôt des billets de train" et qui propose aussi un dépôt de colis, des comptes bancaires, les démarches pour les cartes grises...

"On veut se transformer mais il faut nous laisser du temps", conclut Antoine Palumbo pour qui le différentiel de prix entre la France et le Luxembourg est trop important (8,80 euros le paquet de cigarettes en moyenne en France contre 5,30 au Luxembourg). Le président de la chambre syndicale des buralistes appelle aussi de ses voeux "une politique de santé européenne". 

Réécoutez Antoine Palumbo, président de la chambre syndicale des buralistes de Moselle

Choix de la station

France Bleu