Économie – Social

Les buralistes du Bas-Rhin déversent une tonne de carottes devant le dépôt départemental de la FDJ

Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu vendredi 13 janvier 2017 à 7:15 Mis à jour le vendredi 13 janvier 2017 à 8:39

Les buralistes du Bas-Rhin ce matin devant le dépôt de la FDJ.
Les buralistes du Bas-Rhin ce matin devant le dépôt de la FDJ. - Patrice Soihier

Une tonne de carottes ont été déversées au petit matin ce vendredi par les buralistes du Bas-Rhin, devant le dépôt départemental de la française des jeux à Ostwald. Des buralistes qui protestent contre l'ouverture de points de vente en dehors du réseau référent des détaillants.

Le jour n'a pas été choisi au hasard: en ce vendredi 13, les buralistes de la chambre syndicale du Bas-Rhin se sont retrouvés devant le dépôt départemental de la Française des Jeux à Ostwald. Ils ont déversé une tonne de carottes (le symbole de leur enseigne) à l'entrée du bâtiment vers 5h30. Et veulent bloquer ce dépôt pendant quelques heures, jusqu'à 9 heures. Les commerciaux qui livrent les points de vente pourraient donc avoir un peu de retard ce vendredi. Or le vendredi 13 est une date importante pour la FDJ, avec des mises et des paris en hausse de 30 à 50% en France selon une enquête TNS Sofres.

L'activité des buralistes menacée par des "ouvertures sauvages"

Les buralistes dénoncent des "ouvertures sauvages de points de vente en dehors du réseau référent des détaillants", explique Patrice Soihier, président de la Chambre Syndicale des Débitants de Tabac du Bas-Rhin, faisant référence à la vente de tickets dans des boulangeries ou chez des fleuristes par exemple.

«Nous avons demandé à de nombreuses reprises à la FDJ conformément aux accords nationaux de cesser ces implantations sauvages. Ils ne nous écoutent pas, et ne respectent pas leurs engagements. Pour exemple, ils viennent d’ouvrir en l’espace de deux mois deux points de ventes supplémentaires dans la petite commune de Herrlisheim en dehors du réseau référent mettant de ce fait à mal l’activité de la dernière buraliste de la commune ».

Nous sommes déjà assez malmenés comme ça."

Les buralistes demandent donc le gel de ces implantations, et des concertations sur l'évolution du réseau. "On n'est pas contre le fait que le FDJ veuille développer son réseau, mais pourquoi le faire au risque de fragiliser ce qui est en place actuellement? Nous sommes déjà assez malmenés comme ça par une politique de santé qu'on peut comprendre, mais à un moment il faut savoir dire stop." Les buralistes rappellent qu'ils contribuent actuellement à 76% du chiffre d’affaires de la FDJ.