Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les cahiers de doléances sont toujours ouverts dans les mairies de l'Eure et la Seine-Maritime

samedi 22 décembre 2018 à 8:36 Par Adrien Beria, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Depuis deux semaines, des "cahiers de doléances" sont installés en mairie dans l'Eure et la Seine-Maritime. Les maires parlent d'un "succès" et laissent donc leurs cahiers jusqu'à la fin de l'année à disposition des citoyens.

Plus d'une centaine sont installés en Seine-Maritime, une cinquantaine dans l'Eure
Plus d'une centaine sont installés en Seine-Maritime, une cinquantaine dans l'Eure © Radio France - Adrien Beria

Haute-Normandie, France

Ils sont en mairie depuis le samedi 8 décembre dernier : les cahiers de doléances. L'idée avait été lancée par l'AMRF, l'association des maires ruraux de France. Une manière pour eux de répondre à la grogne sociale présente en France depuis le début du mouvement des gilets jaunes. 

Dans l'Eure, des cahiers ont été installés dans une cinquantaine de mairies, estime Laurance Bussière, présidente des maires ruraux du département et maire de Daubeuf-la-Campagne. Dans un peu plus d'une centaine en Seine-Maritime, selon son alter-ego Jean-François Lemesle, maire de Cliponville. 

"C'est un succès !", affirme Jean-François Lemesle, maire de Cliponville

Selon Jean-François Lemesle, maire de Cliponville, 15 personnes sont venues écrire dans le cahier  - Radio France
Selon Jean-François Lemesle, maire de Cliponville, 15 personnes sont venues écrire dans le cahier © Radio France - Adrien Beria

Ainsi, à Cliponville, une quinzaine de personnes sont venues écrire. Soit environ 5% de la population. Dans le cahier, on trouve les revendications "classiques" du mouvement des gilets jaunes, concernant la hausse du pouvoir d'achat : l'augmentation du SMIC, la baisse de la CSG ou le retour de l'ISF.

Face à ce "succès", les cahiers, qui devaient rester en mairie initialement une semaine, vont être présents au moins jusqu'au 31 décembre. Les doléances seront ensuite regroupées, puis envoyées aux préfectures et au Gouvernement.