Économie – Social

Les caisses de la ville de Valence sont vides

Par Nathalie De Keyzer et Stéphane Milhomme, France Bleu Drôme-Ardèche mardi 17 juin 2014 à 8:50

Le conseil municipal de Valence, le soir de la présentation de l'audit, le 16 juin 2014.
Le conseil municipal de Valence, le soir de la présentation de l'audit, le 16 juin 2014. © Nathalie de Keyzer - Radio France

L'audit sur les finances de la ville de Valence dans la Drôme a été dévoilé lundi soir au conseil municipal. Le constat des experts est que la dette a augmenté de 82% et la nouvelle municipalité ne peut plus investir. Avec le budget prévu par l'ancienne équipe, il ne reste qu'un million d'euros à la fin de l'année pour les investissements.

Nicolas Daragon le nouveau maire UMP de Valence souhaitait un audit des finances de la ville de Valence dès son arrivée. L'élu l'a détaillé lundi soir lors d'un conseil municipal agité à l'hôtel de Ville. Les spectateurs étaient nombreux, et présents même en dehors des rangs du public. Selon cet audit, la dette de la capitale de la Drôme a augmenté de 82 % et la ville ne peut plus investir. Avec le budget prévu par l'ancienne municipalité d'Alain Maurice, il ne reste qu'un million d'euros à la  fin de l'année pour les investissements.

"Un dérapage irresponsable"

Et c'est entre autres parce que l'ancienne équipe a embauché 314 personnes en six ans. C'est "un dérapage irresponsable " pour le maire Nicolas Daragon. Par ailleurs, il a révélé que l'ancienne majorité avait oublié de prévoir dans son budget deux millions d'euros pour finir de payer les salaires des employés municipaux d'ici fin 2014. La ville de Valence va donc devoir faire des économies. Le nouveau budget sera présenté le 30 juin prochain en conseil municipal.

"Les chiffres sont faux"

L'ancien maire socialiste Alain Maurice a estimé que ces chiffres étaient "faux " et l'audit pourtant realisé par le même cabinet conseil que celui qu'il avait choisi en 2008 aurait oublié de rajouter des recettes dans les caisses comme les six millions d'euros qui doivent être remboursés pour l'eau de la Ville.  Et Gérard Bouchet l'un des anciens adjoints d'Alain Maurice conteste lui aussi ces chiffres ce mardi matin dans un communiqué : pour lui, "Les 314 postes qui auraient été créés sont en réalité des titularisations de personnels dans le cadre des règlements en vigueur et de notre politique de lutte contre la précarité. Ces « créations » visent à garantir la sécurité de l’emploi des agents concernés en stabilisant leur statut. Elles ne mettent pas la ville au bord de la faillite".

Conseil municipal : les caisses de la ville de Valence sont vides

Conseil municipal : les caisses de la ville de Valence sont vides