Économie – Social

Les Call Expert à Paris pour de meilleures primes de licenciement

Par Vincent Delorme, France Bleu Picardie mercredi 12 mars 2014 à 11:42

Les salariés de Call Expert ont déjà exprimé leur colère. Ici devant le tribunal de commerce d'Amiens le 18 février 2014.
Les salariés de Call Expert ont déjà exprimé leur colère. Ici devant le tribunal de commerce d'Amiens le 18 février 2014. © Fred Haslin - MaxPPP

La reprise du centre d'appels Call Expert, qui emploie 490 personnes à Abbeville (Somme), sera synonyme de 330 licenciements. Les salariés se mobilisent pour obtenir de meilleures indemnités. Ils ont plusieurs rendez-vous à Paris aujourd'hui. Mais certains préfèrent quitter la société, car ils n'ont plus confiance.

L'inquiétude des salariés de Call Expert ne diminue pas, au contraire.Deux semaines après l'annonce de la reprise par Relaytion du centre d'appels, à Abbeville, personne n'est rassuré . Seulement 160 des 490 salariés doivent être repris. Aujourd'hui, ils sont huit à partir en délégation pour Paris : direction le Palais Bourbon, où ils doivent rencontrer le directeur de cabinet de Claude Bartolone, le président PS de l'Assemblée Nationale, à 15 h, puis le Ministère d'Arnaud Montebourg où ils doivent également être reçus. Ils veulent des primes de licenciement plus élevées que les 300 € par année d'ancienneté prévus, d'après les syndicats. L'angoisse monte pour les Call Expert. Olivier Estran.

Enro Call Expert

                                Hier, en attendant leurs rendez-vous parisiens, c'est localement que les salariés de Call Expert ont attiré l'attention, en lâchant des ballons dans le ciel d'Abbeville. Isabelle travaille à Call Expert depuis le début , il y a douze ans et elle en a assez.

Call Experte Désabusée

Les Call Expert ont déjà écrit à Jean-Marc Ayrault et à François Hollande : ils réclament un coup de pouce financier à l'Etat et la mise en place d'une cellule de reclassement . Céline Delpierre est déléguée du comité d'entreprise (CE).

Call Expert Delpierre CE

Call Expert n'a pas abandonné toute activité, mais selon les salariés, il n'y a quasiment plus de travail. Seuls 5% du personnel répondrait encore au téléphone ...

Partager sur :