Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : les campings de Vaucluse enregistrent une baisse de fréquentation jusqu'à 50% cet été

-
Par , France Bleu Vaucluse

Les campings du Vaucluse font grise mine. Après une ouverture tardive en raison du coronavirus, ils ont du mal à faire une saison correcte. Il leur manque notamment les vacanciers étrangers. Certains enregistrent plus de 50% de baisse de fréquentation.

Dans les campings de Vaucluse, c'est notamment la clientèle étrangère qui fait défaut, représentant parfois jusqu'à 70% de l'occupation
Dans les campings de Vaucluse, c'est notamment la clientèle étrangère qui fait défaut, représentant parfois jusqu'à 70% de l'occupation © Radio France - Isabelle Gaudin

Des allées avec des emplacements désespérément vides, des animations annulées, l'ambiance dans les campings de Vaucluse n'est pas la même cet été. Après une ouverture tardive en raison du coronavirus, beaucoup ont du mal à remplir. Ils sont souvent tributaires d'une clientèle étrangère qui n'a pas pu venir. Ceux qui ont des locatifs s'en sortent mieux. 

"Cette année, ça va être difficile, je crains même une fin de saison précipitée pour certains campings." - Jeanine Guindos, présidente de la fédération des campings de Vaucluse

Jeanine Guindos, la présidente de la fédération des campings de Vaucluse, dresse un bilan inquiétant : "La partie qui a le plus souffert, ce sont les emplacements. Les gens ne se sont pas vraiment déplacés. Cette année, ça va être difficile, je crains même une fin de saison précipitée pour certains campings. Au mois de juillet, nos campings travaillaient maximum à 30% d'occupation. Là, on va arriver à 50% voire 60%, certains feront un peu mieux et tant mieux."

Les campings de Vaucluse ont eu recours au chômage partiel et au prêt garanti par l'État. "Je sais que certains gérants ont déjà commencé à puiser dans leur prêt pour payer les charges, assurer le quotidien", explique Jeanine Guindos. Pour faire face à cette saison très particulière, les campings ont dû adapter leur offre : "habituellement, nos locatifs sont loués pour une semaine minimum, là, on est passé à du deux jours minimum, c'est à dire un week-end, donc ça nous fait beaucoup plus de travail". 

Les locatifs s'en sortent mieux

À Châteauneuf-de-Gadagne, le petit camping familial Fontisson compte 60 emplacements et 30 locatifs. Pour un mois d'août, l'ambiance y est désespérément calme. Sa gérante, Angélique Pradeau, enregistre 50% de baisse de fréquentation cet été. "Il nous manque beaucoup d'étrangers, le restaurant marche beaucoup moins bien. Chacun reste un peu dans son coin. La convivialité n'est pas la même que les autres années", regrette-t-elle. Les locatifs s'en sortent mieux, ses 30 bungalows sont pleins. 

Jérôme fait partie des irréductibles. Il vient de Bretagne pour la quatrième année dans ce petit camping du Vaucluse. "Le virus était forcément inquiétant, donc on a contacté les propriétaires du camping pour savoir quelles mesures sanitaires étaient prises et ça nous a rassurés". Nettoyage plusieurs fois par jour des sanitaires, port du masque dans les bâtiments... Le camping Fontisson donne aussi à ses campeurs un kit d'accueil avec du gel hydroalcoolique. 

Au mois de juillet, les campings de Vaucluse ont difficilement atteint les 30% de remplissage. Ils espèrent faire 50 à 60% de leur chiffre d'affaires habituel en clôture de saison. Une saison qui se termine tard dans le département, fin octobre voire début novembre.

Ce sont les emplacements qui ont le plus souffert, les locatifs s'en sortent mieux
Ce sont les emplacements qui ont le plus souffert, les locatifs s'en sortent mieux © Radio France - Isabelle Gaudin
Choix de la station

À venir dansDanssecondess