Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les carburants repartent à la hausse en Corrèze et Haute-Vienne

-
Par , France Bleu Limousin

Les prix des carburants repartent à la hausse depuis quelques semaines dans nos deux départements. Gazole, Sans-plomb 98 ou 95 , les prix du litre dépassent par endroit 1,80 euro et descendent rarement en dessous d'1,50 euro. Face à cela professionnels et particuliers semblent résignés.

Les prix des carburants repartent à la hausse. Il fallait compter jusqu'à 1euro et 87 centimes pour un litre de SP98 sur l'autoroute A89 la semaine dernière.  ( photo d'illustration)
Les prix des carburants repartent à la hausse. Il fallait compter jusqu'à 1euro et 87 centimes pour un litre de SP98 sur l'autoroute A89 la semaine dernière. ( photo d'illustration) © Radio France - Stéphanie Berlu

En Corrèze et en Haute-Vienne, plus largement en France, les prix des carburants repartent à la hausse depuis plusieurs semaines.  Sur le site du gouvernement on peut ainsi constater un litre de gazoil à 1,64 euro sur l'A20 ou encore à Bussière Poitevine en Haute-Vienne, et même à 1,66 euro sur l'A89 en Corrèze. Côté sans-plomb 98, là encore les prix affichés battent des records avec jusqu'à 1,87 euro le litre sur l'A89 ou encore 1,79 euro à Ussel. 

Les particuliers font contre mauvaise fortune, bon cœur 

Laurine constate elle aussi la hausse lorsqu'elle fait son plein à Limoges. _"Ca fait peur !"lance la jeune femme qui vient d'achever ses études. Avec 20 minutes de trajet entre chez elle et son travail, la voiture est donc indispensable. Elle y consacre une grosse partie de son budget"_ Par mois ? Je dois dépenser 70 euros ! J'ai un travail à mi-temps donc oui c'est une grosse dépense" explique-t-elle tout en avouant ne pas pouvoir vraiment faire autrement, et s’accommoder des prix toujours plus hauts.  

De son côté Hervé, lui constate l'indifférence générale face à ces nouveaux records : "En novembre, décembre, janvier cela a fait beaucoup de bruit, plein de gens sont descendus dans les rues mais là, maintenant, ça passe comme une lettre à la poste". Il l'avoue, si cela doit continuer il réfléchira à acheter une voiture électrique, pour le prix du carburant"et par conscience écologique surtout !" 

Les taxis réfléchissent à l'hybride 

Fabrice lui aussi s'en accommode. Le carburant est même sa principale dépense et pour cause, il est taxi. " On roule au gazoil, pour la simple et bonne raison qu'on récupère la TVA de 20% sur le prix du litre" explique Fabrice qui fait ses comptes. " La moyenne d'un taxi doit être d'environ 3 à 400 litres par mois" soit entre 500 et 600 euros.  Problème, cette dépense ne peut pas être répercutée sur le prix de la course. " C'est l'Etat qui fixe le prix du kilomètre de taxi" explique Fabrice qui ajoute " on est obligé de subir en fait !" . Mais Fabrice réfléchit déjà à l'avenir et à sa prochaine voiture: une hybride " C'est l'avenir des taxis" assure-t-il alors que deux de ses collègues ont déjà changé leur fusil d'épaule. 

Côté fournisseurs on s'inquiète aussi des effets à long terme 

Les fournisseurs subissent eux aussi, comme le creusois Picoty qui avoue par la voix de son Secrétaire Général Bruno Marchat _" Des prix élevés ce n'est pas une bonne chose_, et ça ne nous met pas à l'aise vis à vis de la clientèle" . Cette nouvelle hausse est notamment provoquée par un contexte international compliqué. Crise au Venezuela, conflits et instabilité au Moyen-Orient ou encore tensions entre les Etats-Unis et l'Iran tout cela participe de l'envolée des cours du pétrole : "Il y a des tensions internationales bien connues, un tweet de Donald Trump à propos de l'Iran et les cours s'envolent !" constate ironique Bruno Marchat qui explique par ailleurs que la marge de manœuvre est réduite pour son entreprise  " jouer sur nos marges c'est assez difficile car nous avons aussi un réseau de distribution à faire vivre". Pour lui, au delà de cette hausse c'est une autre question qui se pose : celle de l'avenir du maillage territorial et des stations de nos petits villages en campagne. 

Seul éclaircie en vue, ces derniers jours le prix du baril a de nouveau baissé, ce qui devrait logiquement et prochainement se répercuter à la pompe. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess