Économie – Social

Les centres d'accueil d'urgence prêts à affronter la vague de grand froid à Dijon

Par Victoria Koussa, France Bleu Bourgogne dimanche 15 janvier 2017 à 21:58

Le réfectoire du centre Sadi Carnot de Dijon.
Le réfectoire du centre Sadi Carnot de Dijon. © Radio France - Victoria Koussa

Depuis novembre, quarante-sept places de plus ont été débloquées dans les centres d'hébergement d'urgence dans l'agglomération dijonnaise. Et avec la vague de froid de cette semaine, le centre d'accueil de Sadi Carnot est prêt en cas d'urgence.

60. C'est la capacité maximum d'accueil du centre dijonnais pendant la période hivernale, soit de début novembre à fin mars. Et pendant les vagues de froid comme celle attendue cette semaine, jusqu'à -10 degrés à Dijon, les associations et les centres sont sous tension. Sadi Carnot tente de s'organiser en amont.

Des places en rab'

En tant normal, le centre accueille une trentaine de bénéficiaires. Dix d'entre eux sont en réinsertion, les autres viennent une ou plusieurs nuits pour se requinquer avant de retourner à la rue ou d'être orienté vers un autre centre plus spécialisé, selon leur situation. Le centre inauguré à l'automne 2014 possède en tout 23 chambres.

Les chambres dans lesquelles logent une trentaine de Sans domicile fixe. - Radio France
Les chambres dans lesquelles logent une trentaine de Sans domicile fixe. © Radio France - Victoria Koussa
Un lit superposé, des casiers et une salle-de-bain sont à leur disposition. - Radio France
Un lit superposé, des casiers et une salle-de-bain sont à leur disposition. © Radio France - Victoria Koussa

Mais en période hivernale, soit du premier novembre au 31 mars de chaque année, l'agglomération dijonnaise, qui possède déjà 422 places dans différentes structures, débloque 47 lits dont 30 à Sadi Carnot, un endroit très fréquenté puisqu'il est placé au cœur de la Côte-d'Or, à Dijon.

Et en cas de vague de grand froid, Sadi Carnot fait toujours en sorte d'avoir quelques lits supplémentaires pour les imprévus, des SDF qui arrivent dans la nuit, ou parfois accompagnés par les maraudes de la Croix-Rouge. Cette dernière a aussi débloqué deux places d'urgence pour cette semaine de vague de froid, tout comme l'association Emmaüs qui n'est, en tant normal, pas une structure d'accueil.

Le 115 comme rouage

Nora vient souvent à Sadi Carnot pour faire le lien, pour le 115, entre les personnes dans la rue et les structures d'accueil. Son rôle, c'est de leur trouver des logements dans l'après-midi pour le soir même. Elle passe donc son temps au téléphone pour que personne ne dorme sur le trottoir.

"On a toujours satisfait toutes les demandes, en Côte-d'Or", explique-t-elle. "Et cet hiver, plus que d'habitude, beaucoup de particuliers nous appellent pour proposer l'une de leurs chambres", souligne-t-elle avant d'ajouter : " c'est de la bonne volonté, mais on ne peut pas envoyer n'importe qui, les structures elles, sont adaptées en cas de problème. Et il faut penser à eux au quotidien, et pas seulement en hiver".

  • Si vous souhaitez venir en aide aux sans-abris pendant cette vague de froid, vous pouvez apporter des vêtements chauds au centre Sadi Carnot, rue Jean-Jaurès à Dijon, surtout des bottes chaudes pour hommes et femmes, mais aussi des chaussettes, des gants, des manteaux...