Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les cheminots limousins toujours motivés malgré l'impact financier de la grève sur leurs porte-monnaies

jeudi 7 juin 2018 à 19:07 Par Alain Ginestet, France Bleu Limousin

Le quatorzième épisode de grève à la SNCF se termine ce vendredi soir. Après plus deux mois de conflit, certains cheminots constatent l'impact important du mouvement sur leurs revenus. Ce qui est loin de les pousser à renoncer. Ils ont encore manifesté ce jeudi à Limoges.

Les cheminots limousin ont encore manifesté ce jeudi à Limoges
Les cheminots limousin ont encore manifesté ce jeudi à Limoges © Radio France - Alain Ginestet

Limoges, France

Certains des cheminots limousins hostiles au projet de réforme ferroviaire ont suivi tous les épisodes de la grève perlée entamée début avril. Des jours de grève qui commencent à s'accumuler, et dont les effets sont bien réels sur la fiche de paie. "A titre personnel, je suis à une quinzaine de jours de grève", explique Alice, 28 ans, qui estime avoir à ce jour "perdu environ 600 ou 700 euros". Ce qui est loin d'être neutre dans le budget familial. 

Plus le conflit dure, plus les vacances d'été s'éloignent"  -  Alice, agent SNCF en grève

"On savait que ça allait être dur", dit-elle encore. "On voit que plus le conflit dure, plus les vacances d'été s'éloignent. C'est pour la bonne cause, mais probablement que _financièrement, ça va être compliqué de partir en vacances_. On partira moins loin. Les enfants se satisferont de moins...", dit-elle, assurant que cela n'entame en rien sa détermination. "A la fin du mois, il y a des chiffres en moins sur la fiche de paie, mais c'est maintenant qu'il faut se mobiliser, c'est pas plus tard qu'il faudra venir pleurer", complète Sylvie. 

Je tape sur les économies"  -  Benoît, cadre SNCF en grève

Benoît, cadre SNCF en grève depuis le début du conflit, reconnaît qu'il a plus de moyens que d'autres pour voir venir. Pour autant, il va devoir "_taper sur les économies_. Je ne mange pas que des patates, je n'en suis pas là, et je ne demanderai pas non plus la cagnotte car je considère qu'il y a des gens qui en ont plus besoin que moi". La cagnotte nationale de soutien aurait dépassé les 1,2 millions d'euros. Elle va être répartie entre tous ceux qui font une demande d'aide. "On perd de l'argent et on le savait dès le début, mais on se bat parce qu'on a des convictions et qu'on veut sauver le service public ferroviaire", avant de rappeler, - s'il en était besoin - que les jours de grève ne sont pas payés. "Si on faisait grève en étant payé, on serait en grève toute l'année", conclut-il en souriant.