Économie – Social

Les clubs d'escrime creusois en danger ?

Par Hugo Charpentier, France Bleu Creuse vendredi 6 octobre 2017 à 17:58

EScrime
EScrime © Radio France

Dans la Creuse, les clubs d'escrime pourraient bientôt disparaître. Le contrat aidé de l'éducateur qui entraîne les jeunes du département n'a pas été renouvelé.

Dans la Creuse, l'escrime vit peut-être ses dernières heures. La raison ? la réduction du nombre de contrats aidés voulue par le gouvernement depuis la rentrée. Aurélien Pacherie, 20 ans, entraîne les trois clubs du département : Guéret, La Souterraine et Aubusson. En contrat aidé depuis un an avec la Ligue d'Escrime du Limousin, le jeune homme percevait un tout petit peu plus de 600 euros par mois pour enseigner l'épée, le fleuret ou le sabre aux enfants creusois.

De l'escrime à McDO

Mais depuis le 17 septembre dernier, Aurélien est au chômage. "Du jour au lendemain je n'ai plus de boulot. J'ai décidé de prolonger l'aventure avec les clubs mais bénévolement". Du coup, le jeune homme a dû se réinscrire à Pôle Emploi : "On m'a proposé du boulot au "McDo" de Guéret. Pour rester poli, je vais dire que ça m'embête. On fait des sacrifices, des études, des formations, on passe des diplômes pour finalement finir sans rien".

Aurélien Pacherie

Installé depuis peu en Creuse, le jeune homme originaire de Brive a accepté de prolonger bénévolement sa mission. "Mais malheureusement si l'année prochaine je n'ai toujours pas de contrat, j'irai voir ailleurs". Avec un revenu qui dépassait à peine les 600 euros par mois pour un contrat de 20 heures pas semaine, c'est bien la passion qui a mené Aurélien en Creuse. "Quand on m'a dit que j'allais m'occuper des jeunes des trois clubs du département, je ne m'attendais pas à ce que je m'attache vraiment à ces clubs. Et finalement c'est vraiment agréable et j'ai encore envie de travailler avec eux, avec les jeunes, mais malheureusement ..."

Quel avenir pour l'escrime en Creuse ?

Malgré le choc du 17 septembre, Aurélien n'est pas animé par un sentiment de colère, "je suis plus dans un état de stress permanent, en me demandant comment je vais m'en sortir parce que j'ai le loyer, la bouffe a payer". Et puis tous ces jeunes à entraîner : "Si je pars et que je ne suis pas remplacé, je pense que les clubs pourraient fermer que ce soit à La Souterraine, à Guéret ou Aubusson. A la limite, il y aura encore une catégorie pour les adultes mais tant pis pour les enfants".

Aurélien Pacherie