Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les clubs sportifs du Grand-Est amputés de presque un quart des subventions d'Etat

dimanche 4 mars 2018 à 4:01 Par Mélanie Juvé, France Bleu Sud Lorraine

Les représentants du mouvement sportif du Grand-Est dénoncent une baisse historique des subventions d'Etat au titre du Centre National du Développement du Sport pour l'année 2018. L'enveloppe territoriale a baissé de 23,4 %. Les clubs sportifs amateurs de la région sont les premiers impactés.

Alain Rigole entraîne les jeunes au club de foot de Jarville-la-Malgrange.
Alain Rigole entraîne les jeunes au club de foot de Jarville-la-Malgrange. © Radio France - Mélanie Juvé

Grand Est, France

Le mouvement sportif du Grand-Est a voté contre les orientations budgétaires imposées par le ministère des sports pour l'année 2018. L'enveloppe territoriale versée au titre du Centre National du Développement du Sport (CNDS) baisse de 23,4 % et équivaut à 8,66 millions d'€. Beaucoup de clubs amateurs sont déjà en difficulté et cherchent des financements ailleurs.

"A un moment donné c'est la mort du football amateur"

Alain Rigole entraîne les jeunes du club de foot de Jarville-la-Malgrange près de Nancy. Cette année, le CNDS lui verse 2 500€ environ pour un effectif de 460 licenciés. "Depuis deux ou trois ans on s’aperçoit que ça baisse, explique-t-il. _Il fut un temps où on avait quelque chose comme 4 600 €, ça a presque baissé de moitié."Ce club en division d'honneur possède un budget de fonctionnement de près de 160 000 €. Si cette coupe budgétaire ne le met pas en péril immédiat, l'inquiétude est bien présente. "On tire le diable par la queue, je pense aux petits clubs qui n'ont pas de recettes, ils vont mettre la clé sous la porte, poursuit Alain Rigole. Malgré la quantité de bénévoles qui sont là, à un moment donné c'est la mort du football amateur."_

Alain Rigole : "Si les subventions continuent de baisser, qui va s'occuper de la jeunesse ?"

Chercher l'argent ailleurs

S'il n'est pas question pour l’entraîneur d'augmenter le prix de la licence, c'est parfois obligatoire pour la survie d'autres clubs. Le COS Villers Volley-Ball a du augmenter le prix des cotisations de ses joueurs de 10€ sur les deux dernières années, cherche de nouveaux licenciés et organise plus de tournois pour engranger des recettes. Autre solution : chercher des partenaires et sponsors privés, ou développer d'autres activités subventionnables. C'est le cas du club de tennis de table de Neuves-Maisons de niveau national. En cinq ans, leur part versée par le CNDS a baissé de 45%. 

"Il faut rentrer dans de nouvelles orientations, il y a un marché, c'est dur de raisonner comme ça, alors qu'à la base on est formés pour faire de l'encadrement et de l'entrainement sportif." —  Tony Bourrier, entraîneur au TT Neuves-Maisons.  

"On a changé un peu notre fusil d'épaule vers d'autres axes prioritaires comme la pratique du sport santé réinsertion ou le handisport, explique Tony Bourrier l'un des entraîneurs. On a ouvert des sections totalement féminines avec des créneaux d'entrainement totalement féminins. On a des féminines qui font partie du comité, mises en avant, ça on le faisait faisait déjà, mais maintenant c'est subventionné donc il faut rentrer dans le filon". Selon les représentants du mouvement sportif du Grand-Est, cette diminution de la dotation d'Etat, prélevée sur les recettes de la Française des Jeux, fera perdre en moyenne 25% des crédits aux clubs et comités départementaux et 43 % aux ligues.