Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les coiffeurs entre impatience et stress dans la perspective de la réouverture des salons le 11 mai

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Le 11 mai, les salons de coiffure devraient être autorisés à rouvrir, mais dans quelles conditions sanitaires. La profession planche sur cette question.

Depuis la mi-mars, les salons de coiffure sont fermés
Depuis la mi-mars, les salons de coiffure sont fermés © Maxppp - C. Barreau

Fermés depuis le 15 mars pour cause de confinement, les salons de coiffure devraient rouvrir le 11 mai. L'annonce pourrait intervenir fin avril. La profession attend de la part du gouvernement la liste des commerces qui seront autorisés à rouvrir le 11 mai. Parallèlement, elle planche sur les modalités de réouverture, modalités sanitaires notamment. Masques ? Visière ? Espace entre les sièges ? Nombre de salariés en même temps dans le salon ? Autant de questions en réflexion.

Le masque sera probablement de rigueur  

La première certitude, c'est que les coiffeurs porteront un masque. Les clients devront-ils en faire de même ? Peut-être. Les autres contraintes ne sont pas encore tranchées. Des gants pour les coiffeurs, le principe n'est pas arrêté. Le port d'une visière par les coiffeurs est envisagé, mais "il ne faut pas qu'elle nous empêche de travailler", précise une coiffeuse Tourangelle. 

Les sièges seront espacés, entre 1 m et 1,5 m aux dernières nouvelles. Pour les salons avec des salariés, il est par ailleurs envisagé d'étendre les horaires d'ouverture, pour augmenter le chiffre d'affaires et ne pas mettre tous les salariés en même temps dans le salon. 

Il faudra plusieurs semaines pour absorber le flux de clients

"Nous attendons la réouverture avec impatience, mais aussi avec beaucoup de stress", précise la présidente en Indre-et-Loire et dans le Loir-et-Cher de l'Unec, l'Union nationale des entreprises de coiffure, Géraldine Ferteux. Impatience car les salons sont en difficultés financières. 

Stress aussi car les incertitudes planent sur la sécurité sanitaire. "Les clients reviendront-ils dans les salons ?", s'interroge d'ailleurs Géraldine Ferteux. Des hommes se sont fait couper les cheveux par leur femme et trouvent le résultat pas si mal. Même chose pour les enfants. Reviendront-ils au salon avec la même fréquence ? Faire des économies en allant moins souvent chez le coiffeur ne sera-t-il pas la solution privilégiée par certains qui ont perdu de l'argent pendant la crise ? "Il y a donc aussi de l'incertitude sur la reprise de l'activité", dit Géraldine Ferteux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu