Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les commandes d'une entreprise nantaise de distributeurs de gel explosent à l'approche du déconfinement

-
Par , France Bleu Loire Océan

La fabrication de distributeurs de gel hydroalcoolique n'était pas sa principale activité. Mais depuis le début de la crise du coronavirus, JVD, une entreprise installée à Rezé, près de Nantes, s'est réorganisée pour répondre à la demande. A l'approche du déconfinement, ses commandes explosent.

JVD, une entreprise nantaise de fabrication de distributeurs de gel hydroalcoolique, croule sous les commandes à l'approche du déconfinement
JVD, une entreprise nantaise de fabrication de distributeurs de gel hydroalcoolique, croule sous les commandes à l'approche du déconfinement - JVD

Avant la crise sanitaire liée au Covid-19, JVD, une entreprise installée à Rezé, près de Nantes, fabriquait essentiellement des sèches-mains électriques. Mais depuis le mois de février, l'entreprise rézéenne s'est complètement réorganisée. "Habituellement les distributeurs de savon sont une activité complémentaire, explique Thierry Launois, le PDG de JVD. On est passé de 5.000 à entre 60.000 et 80.000 commandes de produits sur une moyenne de quatre semaines. C'est colossal." Aujourd'hui, les délais de commandes ne cessent d'augmenter, malgré l'organisation mise en oeuvre dès le début de la crise. 

Seul fabricant français de distributeurs

"Courant février, on a vu la demande augmenter du fait de la fermeture des usines chinoises qui fournissaient la plupart de nos concurrents, poursuit Thierry Launois. La demande s'est déportée vers JVD qui est l'un des rares industriels en Europe et le seul en France à fabriquer encore ce type de produits. A ce moment-là, on a basculé sur une organisation industrielle en "2-8" : nos équipes commencent leurs journées à 5h, d'autres la finissent à 22h; on a eu recours à l'intérim : habituellement nous avons trois à cinq intérimaires en permanence, et là on est entre 25 et 30."

Près de trois mois après le début de la crise et à l'approche du déconfinement, les commandes continuent de croître. Car les entreprises se préparent : les entreprises de transports publics, comme la Sémitan à Nantes, toutes celles qui, globalement, vont accueillir du public et les entreprises qui vont accueillir à nouveau leurs salariés, cherchent à s'équiper. "Certains ont réussi à se fournir en gel hydroalcoolique, en masques, mais ils s'aperçoivent qu'ils n'ont pas les distributeurs qui vont avec le gel", souligne Thierry Launois.  

Distributeurs connectés

Sans compter que JVD propose des distributeurs connectés, qui permettent, via des capteurs, de connaître en temps réel les niveaux de gel dans chaque distributeur, et d'éviter à la fois qu'ils soient vides, et de devoir poster des agents ou du personnel pour vérifier s'ils contiennent toujours du gel. La Sémitan, à Nantes, teste d'ailleurs ce dispositif. "On verra si cette expérience est concluante quand les Nantais auront repris le chemin des transports publics, lorsqu'on pourra mesurer s'il faut faire des opérations de remplissage en cours de journée", explique Thierry Launois. 

Mais toutes les commandes ne pourront peut-être pas être honorées, confie le PDG de JVD. "Les délais de livraison ont augmenté, on arrive encore à faire des miracles mais les délais qu'on annonce sont de plus en plus longs, malgré les efforts qu'on déploie. Et la pression du marché ne cesse d'augmenter. L'annonce du déconfinement a réveillé pas mal d'acteurs. Les produits qu'on fabrique ont clairement été oublié du débat, et ça reste des produits industriels qui nécessitent des temps de fabrication."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu