Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Sinistrose et gilets jaunes : le Noël au goût amer des commerçants de Châtellerault

lundi 24 décembre 2018 à 16:05 Par Jules Brelaz, France Bleu Poitou

Entre un cœur de ville parmi les plus sinistrés de France et des gilets jaunes bien décidés à passer l'hiver, les commerçants de Châtellerault ne sont pas gâtés en ces fêtes de fin d'année.

La rue Bourbon, principal axe piéton de Châtellerault, le 24 décembre 2018
La rue Bourbon, principal axe piéton de Châtellerault, le 24 décembre 2018 © Radio France - JB

Châtellerault, France

Deuxième ville de France la plus touchée par la désertification des centres-villes, Châtellerault n'a pas non plus été épargnée par le mouvement des gilets jaunes avec notamment samedi des jets de papier toilette sur la mairie. "C'est la double peine", résume Martine Gandubert, propriétaire du magasin de prêt à porter Louise et moi. 

Noël 2018, ce n'est pas vraiment un cadeau avec la conjoncture."

"On est une ville un petit peu sinistrée, avec un manque de fréquentation et ces manifestations qui ont perduré ont fichu le moral de nos clients en berne", souligne la commerçante.

Des clients rares mais solidaires 

Si le mouvement des gilets jaunes représente "une catastrophe" pour les petits commerces, selon le président de la Fédération des commerçants de France, les Châtelleraudais semblent avoir privilégié les petits magasins pour faire leurs courses de Noël, comme en témoigne Nathalie Robin, qui partage une boutique d'artisanat avec d'autres créateurs.

Les gens ont fait l'effort de venir nous voir."

"Il y a des clients qui ont préféré ne pas commander sur internet et plutôt venir en magasin pour faire leurs achats donc on est quand même assez contents et moins touchés que ce que l'on pensait", estime William Caux, patron du magasin de vêtement L'homme by Leday.