Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Les commerçants de Marseille et Toulon indemnisés pour combler les pertes liées au mouvement des gilets jaunes

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

L'État décide de débloquer une aide de cinq millions d'euros pour les commerçants qui souffrent depuis fin novembre du mouvement des gilets jaunes. Trente-quatre villes vont toucher une enveloppe dont Marseille et Toulon.

Acte 26 du mouvement des Gilets Jaunes à Marseille, rassemblement sur le Vieux Port avec le collectif de La Plaine
Acte 26 du mouvement des Gilets Jaunes à Marseille, rassemblement sur le Vieux Port avec le collectif de La Plaine © Maxppp - NICOLAS VALLAURI

Marseille, France

Marseille et Toulon figurent sur la liste des 34 villes établie par l'Etat pour recevoir une aide pour les commerces qui se disent impactés par les gilets jaunes. Marseille va recevoir une aide de 300.000 euros, Toulon 220.000 euros. Des sommes qui seront dans un premier temps directement versées aux municipalités. Elles devraient permettre aux commerce de relancer leur activité peut-être à l'aide d'actions, comme les braderies (c'est le cas à Marseille). 

"Dans le centre-ville de Marseille plus de 3.000 commerces ont été impactés par le mouvement des gilets jaunes" - Marie-Pierre Cartier, administratrice à la Fédération des Commerçants Marseille

Le constat est le même dans les deux villes, les centres-villes sont désertés le samedi depuis fin novembre. Le but est donc avec cette enveloppe d'organiser des actions afin de redynamiser les centres-villes. 

"Nous devons donner envie à nouveau aux clients de revenir dans les boutiques sinon on va à la catastrophe" - Marie-Pierre Cartier