Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les commerçants de Moselle demandent à rouvrir le 27 novembre

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Une centaine de commerçants, artisans et chefs d'entreprises se sont rassemblés ce vendredi devant la Préfecture de Metz pour exprimer leur colère et leur détresse d'être contraints à fermer boutique. L'Union des Entreprises de Moselle (UE57) réclame la ré-ouverture des commerces sans délai.

Jean Poulallion, président de l'UE57,  demande la ré-ouverture de tous les commerces devant la Préfecture de Metz lors de la manifestation des commerçants pendant le confinement
Jean Poulallion, président de l'UE57, demande la ré-ouverture de tous les commerces devant la Préfecture de Metz lors de la manifestation des commerçants pendant le confinement © Radio France - Natacha Kadur

Ils ont besoin d'une perspective, de messages clairs pour sortir du tunnel. Les commerçants de biens considérés comme "non-essentiels", contraints à la fermeture de leur boutique pendant le confinement, se sont rassemblés ce vendredi devant la préfecture de Metz pour réclamer " le droit de travailler ".

Ce dont nous avons besoin c'est une date - Jean Poulallion, président de l'UE57

Couvre-feu privilégié

Jean Poulallion, président de l'UE57, alerte sur la détresse psychologique qui touche les gérants d'entreprises et les indépendants :  " Naviguer à vue, de 15 jours en 15 jours, c'est intenable pour les nerfs ".

L'organisation préconise un couvre-feu généralisé plutôt que du stop and go, c'est à dire " déconfiner et reconfiner en permanence ". Pour le défenseur des intérêts des petites et moyennes entreprises, " on va devoir apprendre à vivre avec ce virus, on ne peut pas imaginer que l'économie soit confinée de manière continue ". 

On aurait pu faire autrement - Thierry Hory , maire de Marly

Ce que les indépendants réclament avant tout, c'est le droit de travailler : " Ils ne veulent pas être aidés, ils veulent se soutenir eux-même en exercant leur métier ", s'exclame Jean Poulallion.

Une revendication partagée par la plupart des manifestants rassemblés comme Céline, qui a calculé avoir travaillé seulement six mois sur 12 cette année dans son restaurant à Metz : " On est là alors qu'on devrait tous être au boulot, ce sont nos meilleures périodes ", s'exclame-t-elle. 

Bien sûr qu'on est à bout - Céline, restauratrice

Les commerces revendiquent leurs efforts de mise en oeuvre de stricts dispositifs sanitaires dans leurs boutiques
Les commerces revendiquent leurs efforts de mise en oeuvre de stricts dispositifs sanitaires dans leurs boutiques © Radio France - Natacha Kadur

Elle rejoint la colère de ses collègues indépendants qui se sentent stigmatisés : " On est les mauvais citoyens, chez nous il y a du monde, mais ce sont des lieux sociaux où on peut refaire le monde aussi " complète-elle.

Pour Jean Poulallion, la décision d'Amazon de reporter l'opération du Black Friday au 4 décembre ne présage rien de bon et laisse penser qu'il va falloir encore attendre un peu avant un retour à la normale. 

Ils réclament une ré-ouverture de tous les commerces le vendredi 27 novembre, pour être prêts à travailler les quatre dimanches du mois de décembre, une période cruciale pour rattraper les pertes engendrées par ces semaines de non-activité. 

Reportage auprès des commerçants rassemblés devant la Préfecture

Coiffeurs, libraires, gérants de boutiques ou restaurateurs se sont rassemblés devant la Préfecture pour dénoncer leur obligation de fermer boutique
Coiffeurs, libraires, gérants de boutiques ou restaurateurs se sont rassemblés devant la Préfecture pour dénoncer leur obligation de fermer boutique © Radio France - Natacha Kadur
Choix de la station

À venir dansDanssecondess