Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Les commerçants de Nancy dans l'attente des annonces de Jean Castex

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Alors que le premier ministre Jean Castex doit s'exprimer ce jeudi, les commerçants de Nancy espèrent obtenir des perspectives de réouverture. Quitte à devoir respecter un protocole sanitaire très strict.

Vitrine d'un commerce à Nancy le 10 novembre 2020
Vitrine d'un commerce à Nancy le 10 novembre 2020 © Radio France - Cédric Lieto

Les commerçants auront un oeil ou une oreille sur la conférence de presse de Jean Castex ce jeudi 12 novembre. Le premier ministre doit faire le point sur le confinement. Il ne devrait pas annoncer la réouverture immédiate des commerces mais pourrait fixer un cap. Un cap très attendu par les commerçants rencontrés à Nancy.

Le 1er décembre, pas plus tard

Des professionnels qui ont coché sur leur calendrier la date du 1er décembre, date évoquée par le gouvernement. "C'est essentiel, il faut que ça se passe le 1er décembre", abonde Johanne Douard, à la tête de la boutique de prêt-à-porter "by Cracotte" rue d'Amerval : 

"On ne peut ne pas travailler et avoir notre chiffre sur le mois de décembre. Ca correspond à 20% de mon année."

Pas de problème pour elle s'il ne faut accueillir que deux clientes à la fois dans sa boutique sur trois niveaux. L'essentiel, c'est d'ouvrir et pas plus tard que le 1er sinon ce sera l'embouteillage.

Accord pour un protocole encore plus strict

Même sentiment à quelques mètres de là chez Virginie Lamiraux. Elle dirige la boutique "Bloom" qui vend des produits de beauté notamment. Les commerçants indépendants sont plus souples, selon elle, pour s'adapter à un protocole sanitaire très serré

"On a davantage de contrôle sur ce qu'il se passe au niveau sanitaire que sur des grandes surfaces. Depuis le déconfinement, ce n'était que trois clients maximum ici."

Au delà du chiffre d'affaires, c'est aussi le contact qui manque à cette commerçante : "communiquer que via les réseaux sociaux avec les clients, c'est un frustrant. On fait ça aussi pour la relation qui s'instaure entre nous et les clients."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess