Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les commerçants du centre-ville d'Orléans boudent la possibilité d'ouvrir tous les dimanches

jeudi 30 août 2018 à 8:35 Par François Guéroult, France Bleu Orléans

Depuis l'arrêté préfectoral du 18 juillet, les commerçants du centre-ville d'Orléans peuvent ouvrir tous les dimanches, sans restriction. Mais dans la pratique, la plupart boudent cette possibilité : pas assez de flux touristique, trop de contraintes, expliquent-ils.

Rue Royale, les commerces restent fermés le dimanche, malgré les nouvelles possibilités offertes par le classement en zone touristique
Rue Royale, les commerces restent fermés le dimanche, malgré les nouvelles possibilités offertes par le classement en zone touristique © Radio France - François Guéroult

Orléans, France

C'est une petite révolution dans le commerce orléanais : depuis un arrêté préfectoral en date du 18 juillet, le centre-ville est classé en "zone touristique". Ce classement donne aux commerçants la possibilité d'ouvrir tous les dimanches, sans exception ni autorisation préalable.  Cela concerne tout l'intra-mail, la place d'Arc et le Mobe (l'ancien Muséum en cours de rénovation).

Après, ce sera quoi ? On va ouvrir la nuit ?"

Mais jusqu'à présent, cette révolution n'existe que sur le papier ! Dans la pratique, la plupart des commerçants ne voient pas l'intérêt de cette mesure et n'ont pas changé leur pratique. Alain Liger tient un magasin de vêtements rue Royale, il est aussi le président régional de la Fédération nationale de l'habillement : pour lui, pas question d'ouvrir le dimanche ! "Ce classement fait très joli sur le papier, explique-t-il, mais dans la réalité, c'est très complexe, surtout pour le petit commerce indépendant où il n'y a parfois aucun employé. Avec des décisions comme ça, on fait marche arrière ! On avait le confort du repos dominical en France, le dimanche on a autre chose à faire que de la consommation : une ville calme, paisible, culturelle, c'est aussi bien... Depuis une vingtaine d'années, j'ouvre certains dimanches, en fin d'année ou pour les soldes, cette ouverture-là est nécessaire. Mais aller au-delà... Après, ce sera quoi ? On va ouvrir la nuit ? Il n'y a plus de limites." Interview à écouter ici.

"C'est une mauvaise décision !' - Alain Liger

Cette position est partagée par beaucoup de commerçants de la rue Royale. "Déjà, Orléans n'est pas suffisamment touristique pour ce genre d'ouverture le dimanche, souligne Christophe Badinier, qui gère la boutique de maroquinerie qui porte son nom. Et puis on a aussi une vie familiale quand on est commerçant, on veut aussi garder ce contact avec nos enfants ou nos conjoints..." Pas assez de flux touristique pour que ce soit rentable : c'est aussi l'avis de Laurence Noret-Safia, responsable du magasin de jouets Zèbre et compagnie : "Tous les dimanches de l'année, ce serait quand même lourd et difficile... Et surtout, il faut qu'il y ait le chaland pour que ça vaille le coup. Mais bon, quand on voit la ville le dimanche, c'est quand même relativement calme."

A moins d'avoir un nouveau pôle d'attraction en bas de la rue Royale..."

Une position que comprend Dominique Secq, le patron de la Vinithèque. Lui se dit pourtant "soulagé" par ce classement pour son magasin situé en face de la cathédrale, et pour lequel il envisage d'embaucher des saisonniers l'été prochain pour ouvrir tous les dimanches. Mais il ne le fera pas pour son autre magasin, situé rue d'Avignon en centre-ville : "On ne peut pas comparer les deux emplacements. Je peux avoir 300 clients en face de la cathédrale en une journée, pendant que rue d'Avignon il n'y aurait personne. A moins d'avoir un nouveau pôle d'attraction vers le bas de la rue Royale pour attirer les gens..."

De son côté, Christelle Garcia, la directrice de la place d'Arc, indique n'en être qu'au stade de la réflexion sur les conséquences éventuelles de ce classement. "C'est très pratique puisqu'on n'aura plus besoin d'autorisation administrative. Mais pour le reste, c'est encore trop tôt pour dire ce que ça va changer." Elle souligne néanmoins que jusqu'ici les commerces à Orléans ont ouvert au plus 8 dimanches dans l'année, alors que la loi permettait d'aller jusqu'à 12 dimanches. Analyses et entretiens à retrouver dans le décryptage de France Bleu Orléans diffusé ce matin.