Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les commerçants limousins espèrent "refaire de la tréso" grâce au report de trois semaines des soldes d'été

-
Par , France Bleu Limousin

Les soldes d'été, initialement prévus le 24 juin, débuteront le 15 juillet. Qu'en pensent les commerçants de centre-ville en Limousin ? Ils s'en réjouissent, d'autant qu'une certaine dynamique semble reprendre. Il aurait été dommage de casser les prix trop tôt, surtout après deux mois sans vente.

Les soldes d'été sont décalées de trois semaines cette année (image d'illustration)
Les soldes d'été sont décalées de trois semaines cette année (image d'illustration) © Maxppp - Bruno Levesque

Le gouvernement l'a annoncé lundi : les soldes d'été, initialement prévus le 24 juin, débuteront le 15 juillet, pour une période de quatre semaines. Qu'en pensent les commerçants de centre-ville en Limousin ? Apparemment, ils sont globalement satisfaits de cette mesure, d'autant que la consommation est semble-t-il en train de repartir très fort. 

Des prix normaux pour refaire la trésorerie

Il aurait donc été dommage pour les commerçants que les soldes arrivent trop vite, surtout après deux mois sans aucune vente, et donc avec un chiffre d'affaires inexistant. "Ce report était nécessaire pour se refaire de la trésorerie avec des marges normales", explique Guillaume Blain, le Président de l'Association Limoges Commerces, qui regroupe environ 140 adhérents dans la capitale limousine. D'autant "qu'il y a un engouement, et les personnes sont en train de consommer" dit-il, "moi le premier, je n'attends pas les soldes, je fais des achats que je n'ai pas pu faire durant le confinement, donc on consomme maintenant. Et plus on consommera maintenant, plus le commerçant pourra refaire sa tréso (NDLR : trésorerie) car il vendra à un prix normal et pas à un taux dégriffé" explique encore Guillaume Blain, rappelant que les soldes sont la seule période de l'année où un commerçant peut vendre à perte, et "comme son nom l'indique, s'il vend à perte, il ne gagne pas d'argent", ajoute-t-il. 

Je ne vois pas comment on pourrait brader la marchandise qu'on vient juste de recevoir

Ce qui aurait pu s'avérer catastrophique, surtout après n'avoir pu rien vendre durant deux mois. "C'est une sage décision d'avoir reporté les soldes" reconnaît Véronique Logé-Faure, la Co-Présidente de l'Office du Commerce de Brive, une association qui regroupe environ 200 commerçants. "On va essayer de refaire un peu de tréso (NDLR : trésorerie) jusqu'au 15 juillet", dit-elle, expliquant que "tout a été décalé, les livraisons ont été décalées, donc je ne vois pas comment on pourrait brader la marchandise qu'on vient juste de recevoir, ce n'est pas possible". 

Invitée ce jeudi matin de France Bleu Limousin, elle a d'ailleurs confirmé une certaine reprise de la dynamique commerciale, "surtout depuis cette semaine, avec la réouverture des bars et des restaurants, car c'est le poumon des centre-villes. Sans bar et sans restaurant, les villes sont mortes", poursuit Véronique Logé-Faure, précisant cependant que la situation était encore délicate pour le secteur du textile, où "les règles sanitaires draconiennes font que dans certaines enseignes, on ne peut pas essayer les vêtements, les cabines sont fermées". Elle a également constaté cette reprise dans sa boutique d'accessoires de mode, "même si ce n'est pas non plus la folie, je n'ai pas le passage que j'avais avant, notamment le samedi", expliquant cependant que chaque samedi était meilleur que le précédent. 

"On est en train de se la refaire cette trésorerie" conclut Guillaume Blain à Limoges. "Le tout est de savoir comment va être la consommation jusqu'à la fin de l'année" dit-il. Véronique Logé-Faure confirme : elle estime que ce n'est pas avant la fin de l'année que la situation redeviendra "normale". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu