Économie – Social

Les commerçants rennais attendent avec inquiétude la manifestation contre la loi travail

Par Brigitte Hug, France Bleu Armorique et France Bleu mercredi 14 septembre 2016 à 22:15

Les panneaux de contre-plaqué sont réapparus sur les façades des banques
Les panneaux de contre-plaqué sont réapparus sur les façades des banques © Radio France - Brigitte Hug

La mobilisation contre la loi travail reprend à Rennes. Les syndicats CGT, FO, FSU, Solidaires, UNL, UNEF d’Ille et Vilaine organisent jeudi une manifestation. Le rassemblement est prévu à 11 h, esplanade Charles de Gaulle. Une annonce qui inquiète les commerçants du centre-ville.

Le souvenir des débordements en marge des manifestations du printemps est encore vif. Les jets de peinture, les tags et les vitres brisées de certains commerces sont encore dans toutes les mémoires. "On avait envie de tourner la page. On a pas repris depuis quinze jours que cette manifestation est annoncée. On est inquiet" souligne le vice-président du Carré Rennais, Charles Compagnon. L' association des commerçants du centre-ville n'a pas voulu faire monter la mayonnaise pour ne pas inquiéter ses adhérents. Elle a juste recommandé de ne pas sortir les poubelles et les cartons. Pas de consigne de barricader et de fermer. "Il y a des commerçants traumatisés, des gens qui sont en état dépressif".

Charles Compagnon: "Il y a des commerçants traumatisés"

Des images que nous aurions souhaité ne plus voir

Depuis deux jours cependant, des agences bancaires se barricadent de nouveau. Elles ont refait installé des panneaux de contre-plaqué sur les vitres et les portes en verre. "Des images que nous aurions souhaité ne plus voir à Rennes" insiste Charles Compagnon. Le comité régional des banques de Bretagne n'a pas non plus donner de consigne. "Selon les établissements, on protège les biens ou on croise les doigts", précise son président, Maurice Bourrigaud.

La Caisse d' Epargne Bretagne-Pays de Loire a, elle, décidé de fermer et protéger cinq de ses agences du centre-ville. "Les personnels n'y resteront pas et seront répartis dans les autres établissements de Rennes", précise la directrice de la communication, Laurence Renaud. Comme d'autres, la Caisse d'Epargne a subi des dégâts en marge des manifestations du printemps. L'agence Hoche, par exemple a été fermé sept semaines. En tout, ce sont 35 succursales bancaires à Rennes qui ont été détériorées.

Partager sur :