Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les commerçants rouennais dans l'incertitude avec les dernières courses avant le réveillon du 31

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

C'est la dernière ligne droite pour faire les courses pour le réveillon du 31 décembre. Pour les commerçants, les clients semblent au rendez-vous, mais économiquement, ils restent dans l'inconnu à cause de la situation sanitaire.

Avec les gestes barrières, les files d'attente s'allongent devant les magasins.
Avec les gestes barrières, les files d'attente s'allongent devant les magasins. © Radio France - Thibault Lecoq

Les commerçants attendent les clients qui viennent faire leurs dernières courses avant le réveillon du 31 décembre. Les propriétaires des boutiques espèrent qu'ils seront bien au rendez-vous. Si pour l'instant cela semble être le cas, ça reste incertain, crise du coronavirus oblige. 

Devant la poissonnerie "Le chalut", plus d'une vingtaine de personnes attendent en ligne d'être servis. Ils font la queue à cause des gestes barrières. "On travaille bien", se réjouit Benoit Richomme, le propriétaire. Ce qui marche : les huîtres, le saumon fumé et les coquilles Saint-Jacques. "C'est très classique", précise-t-il. Si les clients sont là, par contre le panier moyen, lui ne change pas, ça sera le même que l'an dernier. 

On a encore la chance d'être ouvert." Benoît Richomme - poissonnerie Le Chalut.

Il se sent même privilégié de pouvoir travailler, surtout quand il voit le restaurant juste à côté. "Quand vous voyez que mes voisins sont fermés, c'est quand même dommage", regrette le poissonnier. "On a encore la chance d'être ouvert."

Devant la poissonnerie "Le Chalut", une vingtaine de personnes patientent pour être servies.
Devant la poissonnerie "Le Chalut", une vingtaine de personnes patientent pour être servies. © Radio France - Thibault Lecoq

Déborah est la vendeuse du primeur un peu plus haut dans la rue. Dans sa boutique, pas grand monde pour acheter des fruits confits ou des légumes. Ce n'est pas encore la ruée. "On sent bien que la magie n'est pas là", explique-t-elle. A cause de la crise sanitaire, la clientèle est dans l'incertitude, et donc tout va se jouer en dans la journée du 31 selon elle. "Je pense que ça va être comme à Noël, ils vont venir au dernier moment", estime Déborah. 

Ce n'est pas la même situation pour tous les commerces par exemple. Le caviste du cellier Saint-Marc estime lui qu'il va travailler moitié moins qu'il y a une semaine, pour Noël.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess