Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les commerçants vont pouvoir vous rendre des espèces lorsque vous payez par carte bleue

jeudi 26 juillet 2018 à 16:08 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Les commerçants pourront bientôt fournir des espèces à leurs clients dans le cadre d'un achat par carte bancaire : cette pratique dite du "cash back" figure dans la directive européenne sur les services de paiement (DSP2) définitivement ratifiée mercredi par le Parlement.

Les commerçants pourront bientôt fournir des espèces à leurs clients dans le cadre d'un achat par carte bancaire.
Les commerçants pourront bientôt fournir des espèces à leurs clients dans le cadre d'un achat par carte bancaire. © Maxppp - Jean-Luc Flémal

Simplifier la vie des consommateurs. C'est ce que permet le "cash back", pratique inscrite dans la directive européenne sur les services de paiement (DSP2) définitivement ratifiée par le Parlement mercredi 25 juillet. Cela existe déjà en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis.

Concrètement, le client qui paie une somme supérieure au montant des articles achetés par carte bancaire, peut se faire rembourser la différence en espèces. Exemple, pour payer un achat de 50 €, vous pourrez vous acquitter de 80 € par CB et récupérer 30 € en espèces.

Renforcer la sécurité des paiements

Le texte ratifié actualise également le cadre juridique des services de paiement. Elle vise à l'adapter aux nouveaux types d'acteurs et de produits, à mieux protéger le consommateur et renforcer la sécurité des données, mais également à soutenir l'innovation. 

Le projet de loi en complète certaines dispositions, notamment afin d'assurer rapidement un haut niveau de sécurité des communications.