Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les commerces recrutent déjà pour la période de Noël

mercredi 8 novembre 2017 à 17:40 Par Aurélie Lagain, France Bleu Vaucluse

Les recrutements ont eu lieu, les contrats sont en cours de signature pour les recrutements de Noël. Parfois, les commerces doublent leur personnel. Mais attention à bien faire respecter ses droits.

Les prochains jours vont être chargés dans les magasins de jouets.
Les prochains jours vont être chargés dans les magasins de jouets. © Radio France

C'est de saison ! A peine la Toussaint passée, dans les commerces, c'est l'heure de la recherche de main d'oeuvre... pour Noël ! Les offres d'emploi s'empilent sur les sites de Pole emploi ou du Bon coin.

Capture d'écran Pole emploi - Radio France
Capture d'écran Pole emploi © Radio France -

Les contrats sont en cours de signature, déjà, confirme Pole emploi, pour quelques jours ou quelques semaines. Certains magasins sollicitent Pole emploi pour leur recherche de main d'oeuvre, très peu désormais les agences d'intérim, assure la responsable d'Adecco à Avignon. Souvent, le recrutement est direct : une affiche sur la vitrine, des étudiants qui viennent spontanément proposer leur CV...

Dans les boutiques franchisées de la galerie commerciale Avignon nord, le nombre d'employés va quasiment doubler. Chez Joué club à Montfavet, l'effectif est passé ce début novembre de huit à 14 employés, car c'est déjà la pleine saison. Les employés en CDD sont déjà en place. Une personne à temps complet en plus en décembre pour l'Eau vive, livres jeunesse et jeux en centre-ville d'Avignon.

A Auchan Avignon, le directeur Francis Ciesiolka a embauché "40 à 50 personnes" en renfort sur les 750 permanents du magasin, le plus grand hypermarché de Vaucluse.

Les magasins de vêtements recrutent, également les métiers de bouche, et notamment aux halles d'Avignon, où le nombre d'employés va gonfler de 20 à 30% précise le président de l'association, Joël Bony : "Il y a des corps de métiers qui doublent quasiment le nombre de personnel : Les traiteurs et surtout les poissonnier et les écaillers. Ils font appel souvent à une main d'oeuvre familiale, car c'est dans la tradition familiale qu'on apprend à ouvrir les huîtres, écailler les poissons, présenter les plateaux de fruits de mer. C'est quand même bien particulier."

Lui-même ne va pas recruter sur son stand de fruits et légumes, malgré la foule de la deuxième quinzaine de décembre : "On réorganise. Les personnes ne partent pas en congés pour les fêtes. Il faut avoir cette amplitude horaire, on est ouvert sept jours sur sept pendant 15 jours!"

Impossible de recruter pour une bonne partie des petits commerçants rappelle à l'Union des commerçants et artisans de Vaucluse, la présidente, Sonia Strapélias, "le commerce va tellement mal" . Alors les commerçants vont travailler tous les jours de décembre sans renfort souvent pour contrer la concurrence notamment d'internet.

Du côté des postulants, attention ne pas être lésé ! Il y a une différence entre les contrats saisonniers et les CDD (prime de précarité), et il s'agit de bien faire respecter le droit en ce qui concerne le travail le dimanche, et les heures supplémentaires, notamment, rappelle Thierry Lapoirie, secrétaire de l'union locale CGT d'Avignon : "On ne peut pas travailler tous les jours. Il faut au moins dans la durée hebdomadaire, 36 heures de repos consécutif".

Pour le travail le dimanche, "dans le non-alimentaire, on est payé double". Dans l'alimentaire le matin, c'est 20% de majoration, c'est 100% pour le travail le dimanche après-midi. Et le travail le dimanche après-midi, rappelle la CGT, ne peut pas juste être compensé par de la récupération le lundi par exemple.