Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les commerces rouvriront le 27 novembre selon la présidente de la CPME dans le Finistère

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Les commerces non-essentiels sont sur le point de rouvrir dès la semaine prochaine, assure Brigitte Cornet, la présidente de la CPME dans le Finistère, la confédération des petites et moyennes entreprises.

Click & Collect (illustration)
Click & Collect (illustration) © Radio France - Julie Seniura

"Oui, je pense qu'on va rouvrir dès le 27 novembre", affirme Brigitte le Cornet, la présidente de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) dans le Finistère. Mais pour cela, un nouveau protocole sanitaire doit être mis en place. La première modification concernerait la jauge des magasins : pas plus d'une personne pour 8 mètres carrés. La seconde porte sur des horaires d'ouverture élargis.

"Je le regrette car les mesures prises pour le premier confinement ont été respectées à la lettre. On peut dire que l'on fait un nouveau protocole mais tout ça suffisait amplement", explique Brigitte le Cornet. Il n'y a pas de preuve que les contaminations se fassent dans les petits commerces, poursuit-elle.

Catastrophe économique

"Ça n'a aucun sens de fermer les petits commerces. Ce sont eux les vraies victimes aujourd'hui", regrette-t-elle. Ces mesures seront fatales affirme-t-elle : "Nous n'avons pas de chiffres officiels mais ça va être une catastrophe économique. C'est sans parler de toutes ces entreprises qui fonctionnent au ralenti. Les banques sont également plus frileuses." La présidente redoute également la fin des prêts garantis par l'Etat (PGE) qu'il "va falloir en plus rembourser".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess