Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les commerces vacants taxés à Nancy pour limiter la spéculation immobilière

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Les surfaces commerciales vacantes vont être taxées par la nouvelle municipalité de gauche à Nancy : une mesure pour limiter les friches commerciales en centre-ville et la spéculation immobilière. Un message fort en plus d’autres mesures pour tenter de dynamiser le commerce de centre-ville.

Une taxe sur les commerces vacants et des bus gratuits les week-ends à Nancy.
Une taxe sur les commerces vacants et des bus gratuits les week-ends à Nancy. © Radio France - Thierry Colin

Les spéculateurs immobiliers vont être taxés à Nancy avec la mise en place d’une taxe sur les commerces vacants. La nouvelle mesure fiscale sera débattue au prochain conseil municipal, le 28 septembre afin de tenter de relancer le commerce. Une mesure symbolique pour la nouvelle municipalité de gauche qui a déjà proposé des bons d’achats bonifiés aux clients et entend rendre les bus gratuits le week-end dans la métropole.

Pour Areski Sadi, le nouvel adjoint à la dynamique commerciale, il s’agit d’un nouvel outil : « On a des rues entières, le haut de la rue Saint-Dizier et la Rue Grand Rabbin Haguenauer, qui sont vraiment en déshérence commerciale avec beaucoup de cellules vides et une autre particularité à Nancy, on a des grandes surfaces 2500 mètres carrés, 800 mètres carrés complètement vides. Et ça crée tout de suite des espèces de verrues : on ne doit pas laisser les locaux vacants car ça ne fait qu'augmenter l'effet domino d'un quartier et on veut essayer d'agir là-dessus ». 

On ne peut plus continuer de faire de la spéculation immobilière : esthétiquement, ça abîme un quartier  

L'adjoint de Mathieu Klein veut envoyer un signe fort aux propriétaires immobiliers à Nancy : « Il y a des propriétaires qui font un mauvais calcul. Ils se disent j'ai des locaux commerciaux vacants d'une surface importante et je vais attendre une banque ou une mutuelle qui va pouvoir me donner un loyer intéressant sur un long terme. Résultat des comptes le propriétaire est prêt à laisser vide des commerces un an, deux ans, trois ans. Ça fait de véritables friches commerciales en centre-ville. Esthétiquement, ça abîme le quartier. On ne peut plus continuer de faire de la spéculation comme ça, ce n'est pas possible ».

La taxation sur les friches commerciales peut aller jusqu’à 40% la troisième année, une mesure fiscale encadrée par la loi mais pour l’heure, les modalités de cette taxe ne sont pas encore complètement arrêtées par la municipalité mais la délibération sera mise à l’ordre du jour au prochain conseil municipal le 28 septembre. 

Tati, parking et bus gratuits

Cette taxation des commerces vacants avait été évoquée par la municipalité précédente dirigée par Laurent Hénart mais n’avait jamais été inscrite à l’ordre du jour du conseil municipal.

Autres mesures pour le commerce, Areski Sadi entend également voir comment rendre accessibles les places de parking de livraison aux voitures particulières, une fois les livraisons effectuées et le nouvel élu réfléchit à développer la SEM Défi, société d’économie mixte, mise en place par la municipalité précédente avec des achats de petites surfaces commerciales que la ville louera aux commerçants. Un outil d'investissement visant à faire baisser les loyers commerciaux en centre-ville. Enfin, la municipalité entend offrir les bus gratuits le week-end à Nancy d’ici la fin de l’année pour relancer l’attractivité du centre-ville.

Ecoutez Areski Sadi, adjoint à la dynamique commerciale à la mairie de Nancy.

Enfin, une bonne nouvelle pourrait-être annoncée prochainement car trois commerces sont intéressés par les locaux vides laissés par le magasin Tati à Nancy ; la grande surface avait été pendant des années une figure du commerce nancéien.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess