Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

"Les déambulateurs ne passent pas les portes" dans certains EHPAD de Dordogne

-
Par , France Bleu Périgord

Les personnels des EHPAD se mobilisent ce mardi 8 octobre à l'appel de neufs syndicats. Mouvement national qui est suivi ici en Dordogne. Les soignants demandent des moyens humains et demandent aussi des moyens pour rénover certaines structures.

Pascale Slagmolen, représentante UNSA Santé en Dordogne
Pascale Slagmolen, représentante UNSA Santé en Dordogne © Radio France - Charlotte Jousserand

Dordogne, France

Des soignants des EHPAD se rassemblent ce mardi 8 octobre en début d'après-midi entre 13h45 et 14h45 au Bugue mais aussi à Nontron et à Bergerac. Ils dénoncent l'épuisement des équipes qui sont sollicitées de toutes parts. Le personnel est à bout "physiquement et moralement à cause de la charge de travail et car ils ne peuvent pas assurer les missions qui leurs sont confiées", explique Pascale Slagmolen, représentante UNSA Santé en Dordogne. 

Pascale Slagmolen, représentante UNSA Santé en Dordogne sur France Bleu Périgord

Les neuf syndicats qui appellent à la mobilisation ce mardi 8 octobre demandent des moyens et notamment la création de 40.000 postes en France. Selon la représentante UNSA Santé, "les budgets aujourd'hui ne prévoient même pas l'embauche de 5.000 personnes"

En mai dernier, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn a annoncé une somme de 430 millions d'euros sur trois ans au lieu de sept. Elle a également expliqué qu'il y aurait désormais une infirmière la nuit dans chaque EHPAD. 

Aujourd'hui, le compte n'y est pas selon Pascale Slagmolen : "Non pas du tout, il y a des expérimentations qui sont faites avec par exemple à Bergerac, une infirmière qui est présente jour et nuit sur cinq EHPAD en cas de difficultés, dans d'autres structures, on parle d'astreinte confiée à des infirmiers qui travaillent déjà la journée. Ce n'est pas gérable du tout"

l'Etat ne donne pas les moyens pour prendre en charge dignement les personnes âgées dans les EHPAD et dans les services de soins à domicile

Des structures parfois "vieillissantes et obsolètes"

Les soignants demandent également des moyens pour rénover certaines structures qui ne sont plus adaptées aux besoins d'aujourd'hui car "les maisons où l'on venait passer la retraite sont devenues des EHPAD, des établissements pour personnes âgées dépendantes". Pascale Slagmolen raconte que dans certains établissements "qui ont 40 ou 50 ans, vous aurez des difficultés à passer la porte si vous avez un déambulateur ou si vous êtes en fauteuil roulant". 

La représentante UNSA estime qu'il "faut revoir toute la structure personne âgée". Le maintien à domicile est indispensable et "le plus longtemps possible" explique Pascale Slagmolen, pour cela "il faut travailler sur la prévention de la perte d'autonomie". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu