Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : Les délaissés de la crise sanitaire frappent à la porte du Secours populaire à Poitiers

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

On pourrait les appeler les délaissés de la crise du covid-19, ceux qui n'entraient pas dans les cases pour bénéficier des aides de l'Etat pour relever la tête après le confinement, à Poitiers, le Secours populaire de la Vienne a vu arriver de nouveaux bénéficiaires et fait face à l'afflux.

Le Secours populaire de la Vienne, antenne de Poitiers
Le Secours populaire de la Vienne, antenne de Poitiers © Radio France - Isabelle Rivière

La crise sanitaire a précipité un certains nombre de Poitevins dans la pauvreté. Avec la paralysie de l'économie française liée aux deux ou trois mois de confinement selon les secteurs, avec la baisse de l'activité dans différents domaines au déconfinement, nombre de travailleurs ont perdu des revenus pour ne pas dire un travail. Des personnes qui se sont retrouvés du jour au lendemain en grande difficulté. Cette crise a accentué la précarité de ceux qui étaient déjà en situation difficile et en a précipité d'autres dans le besoin. Des gens qui sont venus frapper à la porte du Secours populaire de la Vienne à Poitiers.

Des profils divers et variés

Il y a des restaurateurs qui ne remplissaient pas les conditions demandées par l'Etat pour obtenir les compensations de perte d'activité liées à la crise sanitaire. Il y a des familles monoparentales qui ont perdu des revenus avec le chômage partiel, ou encore des contrats précaires, liés à l'uberisation du travail. Nicolas Xuereb raconte le cas de ce monsieur, un père de famille qui réussissait à se faire 1.500 euros en faisant des livraisons uber. 

"Il travaillait 7 jours sur 7, nuit et jours pour arriver à gagner 1.500 euros et nourrir sa famille. Avec le confinement, il s'est retrouvé avec zéro argent du jour au lendemain"

Le responsable du secours populaire évoque aussi le cas des étudiants sans bourse et sans job, ou des sans emplois, qui avaient déjà du mal à s'en sortir et qui ont plongé avec la crise.
 

Un quart des stocks alimentaires en huit semaines

Des Poitevins, délaissés des mesures gouvernementales, qui n'entrent dans aucune case pour solliciter les aides mises en place par l'Etat dans le cadre de la crise sanitaire, le Secours populaire de la Vienne en a vu débarquer beaucoup à Poitiers. Et les chiffres le prouvent : treize colis alimentaires distribués au 20 mars, et  198 à la toute fin avril. C'est simple face à l'urgence, l'association a utilisé une bonne partie des stocks alimentaires, comme le précise Nicolas Xuereb, le responsable du Secours populaire dans la Vienne. . 

"A Poitiers on a consommé 25% de nos stocks alimentaires en huit semaines de confinement"

Et ça a continué après le déconfinement. Pendant le confinement, l'antenne locale a distribué des aides alimentaires à 4.574 personnes. Après le confinement, elle en est à 6.238 bénéficiaires

"Ca fait 1.600 bénéficiaires de plus depuis la mi-mai, et les inscriptions de rentrée ne sont pas encore terminées."

En 2019, le Secours populaire de la Vienne à Poitiers a aidé 2.152 personnes grâce aux colis alimentaires. Pour faire face à l'afflux des délaissés de la crise, l'association en appelle aux producteurs locaux : elle leur demande de leur remettre leurs invendus ou leur surplus. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess