Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les dépôts pétroliers de Brest et de Lorient bloqués par des indépendants des Travaux Publics

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

A Brest, le dépôt pétrolier est bloqué depuis 6H00 par une quarantaine d'indépendants des Travaux Publics du Nord Finistère. A Lorient, le dépôt est lui aussi bloqué depuis 10 heures. Les manifestants protestent contre la hausse du Gazole Non Routier (GNR) prévue au 1er janvier 2019.

Une quarantaine d'indépendants des Travaux Publics
Une quarantaine d'indépendants des Travaux Publics © Radio France - Valérie Le Nigen

Brest, France

A Brest, le dépôt pétrolier est bloqué depuis 6H00 ce matin par une quarantaine d'indépendants des Travaux Publics du Finistère. Ils ont apposé une grande pancarte "Suppression du GNR, mort du TP". 

A Lorient, le dépôt pétrolier est aussi bloqué depuis 10H00. Des engins de chantier bloquent la zone.

Contre la fin du GNR en 2019

Frédérique est l'un des manifestants à Brest : "Il y a actuellement 50 centimes d'euros de différence sur le prix du litre entre le Gazole Non Routier et le gazole classique. Or, _le gouvernement veut que nos entreprises passent au gazole classique à partir du 1er janvier_. Pour moi, par exemple, c'est 20 000 euros par an de hausse. Pour certains, c'est 50 000 ou 100 000 euros. C'est une hausse qu'on n'avait pas prévue.  Il faudrait qu'on monte nos prix de 7 à 10 %. Or, les particuliers, qui sont nos principaux clients, ne pourront pas suivre."

"Nous ne sommes pas des gilets jaunes"

Plusieurs manifestants précisent : "nous ne sommes pas gilets jaunes, même si nous soutenons leur mouvement. Nous portons des gilets jaunes parce que ce sont nos tenues de travail. Nous voulons être entendus sur notre demande précise, à savoir le maintien du GNR."

Reçus par le sous-préfet à Brest

A Brest, le sous-préfet s'est rendu sur place très tôt ce matin. Selon une vidéo prise par un indépendant des Travaux Publics, il aurait perdu son calme, en traitant un manifestant de "poujadiste". Après ce premier contact tendu, il a reçu une délégation de trois manifestants à la mi-journée. "Un entretien très courtois" selon les membres de la délégation, "il s'est engagé à faire remonter nos demandes".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu