Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les députés LREM du Nord Franche Comté veulent limiter le recours à l'intérim

mardi 8 mai 2018 à 18:44 Par Emilie Pou, France Bleu Belfort-Montbéliard

Les deux députés LREM du Pays de Montbéliard, Denis Sommer et Frédéric Barbier, montent au créneau contre le recours abusif à l'intérim dans les entreprises. Denis Sommer et Frédéric Barbier vont au ministère du travail ce mercredi pour présenter une proposition de loi en ce sens.

Il y a 48,7% d'intérimaires aujourd'hui à l'usine PSA de Sochaux
Il y a 48,7% d'intérimaires aujourd'hui à l'usine PSA de Sochaux © Maxppp - .

Montbéliard, France

Le rendez-vous a lieu ce mercredi en fin d'après-midi. Les deux députés LREM du Pays de Montbéliard, Denis Sommer et Frédéric Barbier, vont discuter de leur proposition de loi au ministère du travail. Une proposition qui vise à limiter le recours à l'intérim dans les entreprises car pour eux il y a eu des abus. Les deux hommes se basent sur des chiffres assez impressionnants: en 2009 il y avait 450 000 intérimaires en France, en 2017 il y en avait 730 000. Autre exemple, celui de PSA Sochaux où il y a en ce moment 48,7% d'intérimaires parmi les agents de fabrication.

Ce n'est pas le modèle de société qu'on veut

Pour les députés, on est loin du travail temporaire: " l'intérim n'est plus à la marge comme il devrait l'être, c'est devenu une méthode de gestion des ressources humaines dans beaucoup d'entreprises" explique ainsi Denis Sommer. Pour le parlementaire ce n'est pas normal, "surtout depuis les ordonnances Macron qui ont permis, justement, plus de souplesse dans les entreprises". "Ce n'est pas le modèle de société qu'on veut". 

L'avenir des territoires également en jeu

Pour son collègue Frédéric Barbier: " On a permis aux entreprises de renouer avec le succès, et bien il faut qu'elles fassent de même avec leurs salariés. Ce n'est pas bon pour une économie ou un territoire de n'avoir que des intérimaires. Il faut que les salariés puissent avoir l'ensemble de la rémunération propre à un _CDI, avec les primes, avec l'intéressement_, et avec la possibilité de se construire une vie dans un territoire". 

Un système de quotas et d'amendes

Les deux hommes proposent donc des quotas en fonction de la taille de l'entreprise. Par exemple un maximum de 10% d’intérimaires pour les sociétés de plus de 300 salariés, 30% pour les entreprises de moins de 50 salariés. Ils proposent aussi des amendes plus conséquentes pour les entreprises qui ne respecteraient pas ces contraintes.