Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les deux sites sarthois d'Arjowiggins sont à l'arrêt

jeudi 10 janvier 2019 à 21:57 Par Bénédicte Robin, France Bleu Maine

Deux jours après le placement en redressement judiciaire de la papeterie Arjowiggins, les deux usines sarthoises sont à l'arrêt. Les représentants du personnel ont rendez-vous ce vendredi après-midi en Préfecture avec leur direction et le mandataire judiciaire.

L'usine ArjoWiggins de Bessé sur Braye emploie un peu plus de 500 personnes
L'usine ArjoWiggins de Bessé sur Braye emploie un peu plus de 500 personnes - Google Maps - capture d'écran

Sarthe, France

La papeterie Arjowiggins a été placée, à sa demande, en redressement judiciaire le 8 janvier dernier. Deux jours après, les deux usines sarthoises de Bessé-sur-Braye et Saint-Mars-la-Brière sont à l'arrêt, d'après les représentants des salariés. Les quelques 900 salariés se retrouvent encore plus dans le flou quant à leur avenir.

"L'inquiétude monte chez les salariés" confie Laurent Trudel, délégué CGT de l'usine de Bessé-sur-Braye. "On est dans l'expectative" ajoute Laurent Leroy, délégué du personnel sur le site de Saint-Mars-la-Brière. "On attend des informations et la réunion de ce vendredi après-midi en Préfecture avec la direction et l'administrateur judiciaire".

Un rendez-vous ce vendredi, un autre début février

Ce jeudi, les représentants du personnel avaient rendez-vous à Paris au ministère de l'économie qui s'est dit confiant dans la possibilité de voir arriver des offres de reprises. Un prochain rendez-vous a déjà été fixé le 6 février prochain.