Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les directeurs de l'ARS et de l'hôpital de Bastia retenus par le personnel

lundi 6 novembre 2017 à 15:32 Par Maxime Becmeur, France Bleu RCFM et France Bleu

Six cadres de l'Agence régionale de santé (ARS) de Corse et du centre hospitalier de Bastia sont retenus dans les locaux administratifs de Falcunaghja par le personnel depuis ce lundi après-midi. La CGT exige que le ministère de la Santé s'engage, par écrit, à débloquer 15 millions d'euros.

Le personnel CGT du centre hospitalier de Bastia retiennent désormais les cadres administratifs.
Le personnel CGT du centre hospitalier de Bastia retiennent désormais les cadres administratifs. © Radio France - France Bleu RCFM

Bastia, France

Le conflit social se durcit à l'hôpital de Bastia. Lundi 30 octobre, trois agents CGT avaient entamé une grève de la faim, action symbolique visant à dénoncer le déficit de 50 millions d'euros de l'établissement, ainsi qu'un manque de médicaments et de matériel.

En réponse à ce mouvement, le directeur de l'ARS a proposé aux grévistes le déblocage de deux enveloppes de 3 millions d'euros. Une somme insuffisante, affirmait la CGT. Le syndicat réclame toujours 15 millions d'euros au minimum pour la trésorerie.

Six cadres retenus par une partie du personnel

Ce lundi 6 novembre, plusieurs dizaines d'agents ont investi à la mi-journée une salle de réunion des locaux administratifs de l'hôpital de Bastia dans laquelle six cadres sont retenus. Le personnel exige que le ministère de la Santé s'engage, par écrit, à débloquer dans les plus brefs délais les 15 millions d'euros demandés. "Nous ne bougerons pas tant que nous n'aurons pas cette lettre, indique Josette Risterucci, déléguée CGT. Sans avancée, le personnel se relaiera afin de retenir dans les locaux les directeurs de l'ARS et de l'hôpital".

En attendant, les grévistes de la faim entament ce lundi 6 novembre leur huitième jour d'action.