Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les élèves infirmiers de Poitiers organisent un barrage filtrant à l'entrée du CHU

lundi 9 octobre 2017 à 16:02 Par Rivière Isabelle, France Bleu Poitou

A Poitiers, les étudiants infirmiers se sont rassemblés tôt ce matin devant le CHU. Pendant une partie de la matinée, ils ont instauré des barrages filtrants pour réclamer notamment la possibilité de se garer gratuitement sur le parking de l'hôpital pendant leurs stages.

Au CHU de Poitiers, les étudiants de l'IFSSI ont commencé à se réunir devant l'agora de l'hôpital  vers 7h ce lundi 9 octobre 2017
Au CHU de Poitiers, les étudiants de l'IFSSI ont commencé à se réunir devant l'agora de l'hôpital vers 7h ce lundi 9 octobre 2017 © Radio France - Manon Ballanger, étudiante à l'IFSSI

Poitiers, France

Entre 150 et 200 étudiants de l'IFSSi, Institut en soins infirmiers, se sont donnés RDV vers 7h ce lundi 9 octobre 2017 devant l'Agora du CHU. Une manifestation surprise pour dénoncer les conditions de formations auxquelles ils sont soumis, et notamment l'absence d'accès au parking gratuit pendant leur formation.

Barrages filtrants et distribution de tracts

Elèves infirmiers, ergothérapeutes, kiné et étudiants d'autres filières de l'IFSSI (Institut en Soins infirmiers de Poitiers) se sont ainsi réunis au départ pour bloquer l'entrée du CHU aux administratifs. Au bout d'une heure et demi, les agents de sécurité de l'hôpital leur ont demandé de se déplacer. Les étudiants ont alors mené des barrages filtrants avec distribution de tracts.

Stationnement gratuit, blouses moins chères et salles de cours plus grandes

Leurs revendications sont multiples.

  • Des places de stationnement gratuit

"A l'heure actuelle, on se gare là où on peut, et on se prend des amendes à 135 euros pour stationnement sauvages"C'est impossible à tenir quand on est étudiant !" raconte Mathilde, élève en 2ère année.

Entre les élèves infirmiers et le CHU, les négociations ont commencé à la rentrée. Il y a déjà eu deux réunions.

"Au cours de ces réunion, la directrice de la formation a proposé des badges d'accès au stationnement gratuit pour les stagiaires, mais le CHU est revenu sur sa proposition, d'où notre action", souligne Manon Ballanger, porte parole des manifestants.

  • Des blouses moins chères

A l'IFSSI de Poitiers, explique Manon Ballanger, les blouses coûtent plus de 49 euros . Il s'agit de blouses pucées. On doit en acheter 4 avant la rentrée. Et on ne comprend pas ces tarifs, car selon une étude menée par la fédération des élèves infirmiers, ailleurs, les blouses coûtent en moyenne 18 euros.

"Nous, on doit débourser 200 euros avant même d'avoir commencé et encore, on n'a même pas une blouse par jour dans la semaine", souligne la porte-parole des étudiants infirmiers.

  • Des salles plus adaptées

"A l'heure actuelle, quand un élève kiné ouvre sa table en salle de TD, il n'a même plus de place pour circuler autour..."

Pour les cours magistraux, pas de problème, ajoute Manon Ballanger, mais pour les TD, les promos sont grandes, les étudiants nombreux. Dans certaines salles, tout en longueur, impossible quand on est assis au fond d'entendre ce qui se dit tout devant au micro ni même de voir ce qu'il y a au tableau, même s'il y a des écrans géants.

A l'issue de la manifestation de ce lundi 9 octobre 2017, la représentante de la Direction confirme que le CHU recherche des solutions pour trouver de nouveaux bâtiments. Pour la 4ème année de kiné qui ouvrira l'an prochain, des algecos devraient être installés. Pour le reste, des recherches sont en cours.

Une rencontre et des promesses

Face à la détermination des manifestants, le directeur du CHU est sorti de son bureau et est venu à la rencontre des étudiants en colère. Mais c'est la directrice ajointe à la formation qui a reçu des représentants de chaque filière en délégation.

Ces derniers sont ressortis avec l'assurance d'obtenir des badges de stationnement sous 10 jours. L'engagement de chercher de nouveaux locaux de cours pour les étudiants. Mais pour le coût des blouses : rien ! Elles restent à 49 euros.