Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les éleveurs bovins de Côte-d'Or pas prêts à se laisser abattre

-
Par , France Bleu Bourgogne

Dans le cadre d'un mouvement national initié par la FNSEA, une vingtaine d'exploitants se sont relayés entre mercredi soir et jeudi midi pour bloquer l'accès à l'abattoir Bigard de Venarey-les-Laumes, en Côte-d'Or. Ils demandent la tenue d'une table ronde avec tous les acteurs de la filière pour mettre fin à la politique des prix bas, qui les plonge petit à petit dans la crise.

Les éleveurs bovins de Côte d'Or bloquent l'accès à l'abattoir Bigard de Venarey-Les Laumes
Les éleveurs bovins de Côte d'Or bloquent l'accès à l'abattoir Bigard de Venarey-Les Laumes © Radio France - Arnaud Racapé

A l'image des bottes de foin en flammes déversées devant l'accès au site, les ressources financières des éleveurs bovins se consument lentement. La faute, selon eux, à leurs principaux interlocuteurs: la grande distribution, et les abatteurs. Ils leur reprochent en effet de s'entendre pour maintenir le prix du kilo de carcasse à des niveaux dérisoires. Il y a un an, les exploitants pouvaient encore vendre leur viande à 4 euros le kilo. Il y a un mois, le tarif est descendu à 3,85 euros, pour finalement se fixer à 3,60 euros en moyenne aujourd'hui.

Selon Michel Joly, président de la Fédération Régionale Bovine et éleveur à Autun (Saône-et-Loire), le calcul est vite fait : "pour une exploitation d'une centaine de bêtes, le manque à gagner sur un an est de 15.000 euros" , soit davantage que le revenu moyen de la profession, qui dépasse rarement le niveau du SMIC. Il suffirait pourtant d'augmenter le prix de quelques dizaines de centimes pour offrir une bouffée d'oxygène à toute une profession. Profession qui se réserve le droit d'amplifier le mouvement dans les semaines à venir, faute de mesure d'urgence.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess