Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les entreprises de l'Yonne recherchent toujours des apprentis

mercredi 13 juin 2018 à 20:04 Par Denys Baudin et Renaud Candelier, France Bleu Auxerre

L'agglomération sénonaise organisait ce mercredi un job dating de l'alternance. Une vingtaine d'entreprises et de centres de formation étaient présents avec quatre cents offres à proposer.

Il y a du travail pour les apprentis
Il y a du travail pour les apprentis © Maxppp - Photo d'illustration

Auxerre, France

Il faut dire que certains secteurs ont beaucoup de contrats à proposer en alternance.  C'est le cas des métiers du bâtiment. Le Centre de Formation des apprentis  à Auxerre compte deux fois moins de candidats qu'il y a dix ans regrette l'un de ses responsable, Jean-Louis Drouard : "Tout le département est en recherche de jeunes en alternance. Il y a pénurie dans les métiers du bâtiment. La pyramide des âges fait que beaucoup d'ouvriers seront partis en retraite dans les cinq ans. On a besoin de gens, même avec un Bac , on les accueille à bras ouverts. Il y a encore des filières qui recherchent. J'ai vu un employeur ce matin qui cherche un jeune en maçonnerie à six ou sept kilomètres de Sens. J'ai plusieurs entreprises sur Sens qui cherchent aussi  dans le domaine de la maçonnerie , dans le domaine de la _couverture_, donc il y a du travail et des possibilités d’évoluer. A l'avenir ça assure l'emploi pour le jeune."

Il y a du travail et des possibilités d’évoluer- Jean-Louis Drouard  du CFA d'Auxerre

Malgré les discours encourageants autour de l'alternance, la réalité est parfois brute. 

Il y a des besoins

Il est parfois difficile de trouver une entreprise pour se former

Charles veut faire un CAP cuisine : "J'ai trouvé deux patrons qui voulaient bien de moi, mais _la nouvelle loi a tout compliqué.__" Impossible de travailler dans un restaurant qui sert de l'alcool si on a moins de 16 ans. Sa maman, Ingrid, ne comprend pas: "Il avait déjà trouvé son employeur et là on se retrouve au mois de mai à apprendre ce décret. Entre 15 et 16 ans, elle est où la différence ?_"

D'autant qu'il y a de vrais besoins dans ce secteur précise Françoise Petit, conseillère à la chambre des métiers et artisanat : " C'est un secteur qui est très recruteur dans la restauration donc _s'il n' y a plus d'apprenti, c'est dommage._"

Autre secteur qui recrute celui de l'industrie. Les entreprises manquent parfois de main d'oeuvre. Damien 18 ans voulait en rencontrer certaines mais elle sont parties avant la fin du salon : " Du coup je rate un peu beaucoup là". D'autant que Damien a déjà essuyé des refus en raison de son âge : " Certaines entreprises avaient déjà eu un problème avec d'autres jeunes donc elles n'ont plus vraiment confiance, ça m'a refroidi."

De nouvelles règles à venir

De nouvelles règles pour l'apprentissage sont en débat cette semaine à l'assemblée nationale. L'âge limite serait repoussé à 30 ans. Le temps de travail serait assoupli pour les mineurs et les rémunérations légèrement augmentées.

Une nouvelle loi qui complique

   - Visactu
© Visactu -
  - Visactu
© Visactu -