Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les entreprises du BTP prêtes à se mobiliser contre la hausse du prix du gasoil non routier

lundi 3 décembre 2018 à 0:10 Par Richard Vivion, France Bleu Pays de Savoie

En Haute-Savoie, la colère gronde dans les rangs des professionnels du bâtiment et des travaux publics. La Fédération départementale du BTP se dit prête à se mobiliser pour dénoncer la fin du tarif réduit de la taxe sur le gasoil non routier (GNR).

La Fédération du BTP de la Haute-Savoie se dit prête à se mobiliser contre la hausse du prix du gasoil non routier (GNR).
La Fédération du BTP de la Haute-Savoie se dit prête à se mobiliser contre la hausse du prix du gasoil non routier (GNR). © Radio France - Richard Vivion

Haute-Savoie, France

Le GNR (gasoil non routier) est le carburant qu’utilisent toutes les entreprises du BTP pour leurs engins de chantier (tractopelle, bulldozer…). Jusqu’à présent, il bénéficiait d’une taxe sur les produits énergétiques (TICP) à taux réduit. "Mais à compter du 1er janvier 2019, cela va changer", explique un responsable de la Fédération du BTP en Haute-Savoie. "Le gouvernement a décidé de supprimer ce tarif réduit et le GNR va donc passer de 80 centimes à 1,30 euro le litre. C’est une hausse insupportable nos entreprises." 

Les entreprises du BTP prêtes à se mobiliser contre la hausse du prix du gasoil non routier.

"Casques blancs" 

La consommation annuelle de GNR en Haute Savoie pour les 650 entreprises du bâtiment et des travaux publics représente 10 millions de litres. L’enjeu est donc important. Michel Perrilat de la Fédération du BTP 74 a fait ses calculs. "Dans le département, nos entreprises font entre 0.5 et 2% de marge et cette mesure va nous impacter entre 2% et 3% au minimum." Il affirme que cette situation aura un impact sur la santé des entreprises et sur les emplois. Mercredi, une délégation de la Fédération du BTP sera reçue en préfecture. Ensuite ?Ils n'excluent pas de descendre dans la rue. 

Si on n’est pas entendu on ira dans la rue. Peut-être avec nos "casques blancs" pour être bien dissocié du mouvement des gilets jaunes." - Michel Perrilat de la Fédération du BTP 74