Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les entreprises et artisans de la Loire défendent leur savoir-faire au salon du Made in France

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le salon du Made in France (MIF Expo) se tient du 8 au 11 novembre à Paris, Porte de Versailles. Plus de 500 exposants présentent leurs produits de fabrication française à plus de 60 mille visiteurs, et les entreprises et artisans de la Loire sont au rendez-vous.

Le Salon Mif expo attire plus de 60.000 visiteurs.
Le Salon Mif expo attire plus de 60.000 visiteurs. © Maxppp - Bruno Levesque

Paris, France

Le Salon du Made in France s'ouvre ce vendredi à Paris. Pendant quatre jours, des artisans, des industriels, des producteurs aussi présentent leurs produits et défendent la fabrication française. Parmi les Ligériens présents, il y a les chocolats Weiss ou encore le fabricant de textile médical Sigvaris. 

Faire connaître les productions "de nos campagnes"

Des exposants beaucoup plus petits aussi, comme Joëlle Badoil. Elle élève à Chazelles-sur-Lyon une soixantaine de chèvres et une vingtaine de lapins et crée avec leur laine des vêtements et accessoires de mode en mohair et en angora. De la tonte au tricotage, tout est fait en France. Joëlle Badoil participe au salon Made in France pour la première fois, parce qu'elle regrette que "le mohair et l'angora en France sont en voie de disparition parce qu'on est beaucoup mangé par ce qui n'est pas fait en France". Et l'éleveuse tient à défendre le savoir-faire français, et local : "je veux montrer aux gens ce qu'on est capable de faire, nous petits producteurs dans nos campagnes; on fait travailler beaucoup de gens avec nous et on fait des choses magnifiques"

Elle se réjouit de voir que les comportements des consommateurs évoluent, et cherchent désormais ces fabrications locales, en y mettant le prix. Car l'éleveuse sait que ses produits sont chers. Elle sait aussi pourquoi : un pull 100% angora par exemple coûte plusieurs centaines d'euros, mais il faut un an à Joëlle Badoil pour le fabriquer.

Fierté de faire vivre l'économie locale

Adrien Piffaretti fait aussi partie des Ligériens qui participent au salon parisien. C'est une première pour le fondateur d'Extrapage, un dispositif de livres augmentés. Ce sont des livres-jeux pour enfants qui, combinés à une tablette ou un smartphone, proposent du contenu supplémentaires (vidéo, musique etc). Une innovation 100% française, ce qu'Adrien Piffaretti est ravi de pouvoir revendiquer. "Pour nous c'est pas l'argument principal, le principal c'est l'innovation, mais c'est un bonus non négligeable, déjà c'est une fierté... je me sens moins coupable de l'impact écologique de mes produits parce qu'on sait qu'on fait ça en circuit court", explique le Stéphanois. 

Et si ce critère de fabrication française (et locale, avec Reboul imprimerie et l'entreprise d'injection plastique Fontanay) n'était pas dans le cahier des charges au départ, c'est très vite devenu une évidence pour Adrien Piffaretti : "on est tombé des nues quand on a découvert que l'immense majorité des livres jeunesse étaient imprimés en Asie, alors que l'immense majorité de ces livres de nécessitent pas de main-d'oeuvre,  les machine sont capables de faire 90% du travail; donc quel est l'intérêt d'aller faire travailler des machines en Asie alors qu'on peut le faire chez nous et faire vivre une économie locale ?"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu