Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les entreprises ligériennes se préparent au prélèvement de l'impôt à la source

mercredi 5 septembre 2018 à 22:48 Par Fabrice Hawkins, France Bleu Saint-Étienne Loire

En attendant sa mise en oeuvre effective prévue au 1er janvier 2019, les entreprises ligériennes se préparent au prélèvement à la source. Cette nouveauté nécessite un changement d'organisation, avec notamment la mise à jour du logiciel qui collecte l'impôt.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp -

Loire, France

Le prélèvement à la source entrera en vigueur le 1er janvier prochain. Il provoquera des changements pour les entreprises et les contribuables. Les entreprises ligériennes se sont déjà lancées dans la préparation de ce nouveau mode de collecte de l'impôt. Avec des difficultés et des interrogations. 

Une réforme coûteuse pour les employeurs

Chez l'opticien de Grenier Lizon dans le centre ville de Saint-Étienne, "tout est prêt" d'après le directeur Jérôme Grenier. Une mise à jour du logiciel de collecte de l'impôt a été effectuée. Cequi dérange, c'est "le coût de la collecte de cet impôt, qui sera désormais supporté par les entreprises". Les experts comptables seront payés plus cher car ils seront plus sollicités. Le calcul de l’impôt mensuel étant plus complexe. Selon l'option choisie par le salarié, l’employeur pourra connaitre, à l'euro près, les revenus des salariés mais aussi ceux de leurs conjoints. "Délicat quand on veut négocier une augmentation" avoue Mary qui travaille chez l'opticien depuis 27 ans.

Le risque d'une démotivation des salariés

Adrien Desailly, le président de la CAPEB (Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment) estime que "c'est une surcharge de travail pour les entreprises". Il regrette aussi une mesure qui va plomber le moral des salariés "quand ils vont s'apercevoir que le salaire a baissé en janvier". Pour les indépendants c'est plus délicat."N'ayant pas un salaire fixe, l’impôt va varier d'un mois sur l'autre" d'après M Desailly.