Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les entreprises tourangelles mitigées sur la prime de fin d'année

vendredi 21 décembre 2018 à 10:45 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

La prime de fin d'année défiscalisée d'Emmanuel Macron suscite des réactions mitigées de la part des chefs d'entreprises tourangeaux. Certains attendent de connaître les modalités exactes. D'autres expliquent qu'ils versent déjà des primes ou qu'ils n'ont pas forcément les capacités financières.

L'entreprise Radiall à Château-Renault compter verser une prime à ses 345 salariés
L'entreprise Radiall à Château-Renault compter verser une prime à ses 345 salariés - Capture Google

Indre-et-Loire, France

Après l'appel lancé par Emmanuel Macron aux patrons pour qu'ils versent une prime exceptionnelle de fin d'année à ses salariés, plusieurs grandes sociétés comme  Essilor, Total, Engie, ont annoncé qu'ils répondraient favorablement à cet appel. D'ici fin mars, les entreprises qui le souhaitent et surtout qui le peuvent pourront donc verser une prime exceptionnelle à leurs salariés. Cette prime  sera exonérée de toute charges sociales et d'impôt sur le revenu jusqu'à 1.000 euros, pour des salaires ne dépassant pas 3.600 euros.

Oui mais attend de voir les modalités

En Indre-et-Loire, si certains chefs d'entreprises se disent partant, ils attendent un peu plus de précisions. C'est le cas de Radiall (secteur aéronautique) à Château-Renault qui compte 345 salariés. Dans cette entreprise, il y aura bien une prime mais elle ne sera pas versée tout de suite. Le groupe attend de connaître les modalités exactes de la mesure. Le constat est identique chez la société ST Microelectronics qui emploie 1.400 personnes à Tours-Nord. Chez SKF à Saint-Cyr-sur-Loire, il y a déjà une prime de fin d'année pour les 1.300 salariés. Elle s'élève à 1.350 euros. Mais les syndicats disent se battre d'avantage sur la participation aux bénéfices qui selon eux n'est pas égalitaire selon les niveaux de salaires. On attend que le décret soit publié dit pour sa part l'un des responsables de l'entreprise de maçonnerie "Savoie" à Chambray-les-Tours qui emploie 130 personnes. Jean François Barrère dit voir cette mesure avec bienveillance mais il en attend des détails.

Certaines entreprises versent déjà des primes

A la menuiserie G Dubois à Sepmes, il n'y aura pas de prime exceptionnelle car il y a déjà de nombreuses primes versées aux 225 salariés. Dans les plus petites entreprises, ce sera donc en fonction des possibilités, de l'activité, et du chiffre d'affaires réalisé au cours de l'année.  

C'est l'occasion de repenser l'organisation du travail, pour gagner en efficacité. On peut faire des pauses café moins longues, et du coup mettre de l'argent de côté pour les salariés

Joël Thibault dirige une entreprise de couverture à la Croix-en-Touraine qui compte 14 salariés (dont au moins un gilet jaune). Il envisage de verser la prime de 1.000 euros mais pas à n'importe quelle condition. Cela fait plusieurs années que je n'ai pas versé de primes. Je donne des chèques-cadeaux, des chèques-vacances mais là j'ai vraiment envie de faire profiter mes salariés. Comme on a 3 mois pour verser cette prime, je vais en parler avec mes salariés. A l'occasion du versement, j'aimerai reparler de l'organisation du travail. On sait ce que c'est : on prend un café, on prend du retard. Tout cela coûte cher! Si on peut gagner en efficacité et mettre un peu d'argent de côté !