Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Les étudiants d'Ile-de-France à la recherche d'un travail avec "du sens"

-
Par , France Bleu Paris

Nos étudiants franciliens, en quête de sens pour leur futur travail ! C'est ce que dévoile ce mardi matin un sondage, commandé pour le salon des entrepreneurs.

Parmi les principales considérations des étudiants d'Ile de France, un emploi qui a du sens.
Parmi les principales considérations des étudiants d'Ile de France, un emploi qui a du sens. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Ils sont à la recherche d'un emploi utile à la société, ou permettant un épanouissement personnel. 92% des étudiants d'Ile-de-France jugent que le fait d'avoir un travail avec du sens est au moins important, sinon prioritaire, selon un sondage OpinionWay publié ce mardi matin, pour le Salon des entrepreneurs. Dans le détail, ils sont 46% à trouver le sujet prioritaire, autant à le trouver important. Et concernant le premier emploi, à la sortie d'étude, la considération est presque au même niveau qu'une rémunération élevée (respectivement 37 et 38%). 

Devant Paris Dauphine, de nombreux étudiants évoquent leur besoin d'un travail qui les intéresse. L'argent, pour Iovana, "Faut pas se mentir, c'est important, mais ce n'est pas le premier facteur pour moi", évoque cette jeune femme de 19 ans, en filière économie-gestion. "C'est d'aimer ce que l'on fait et tous les jours avoir envie d'aller au travail et ne pas se dire, "je gagne 5000 euros par mois, mais ça me saoule un peu". L'étudiante se verrait bien travailler dans une grande organisation, comme l'ONU ou l'Unesco, ou du moins un emploi avec un vrai impact social. 

A la recherche d'un travail utile

Cette vision est largement partagée devant la fac. Éloïse, 20 ans suit elle un cursus en banque finance. Si elle se dit prête à faire des concessions pour son premier emploi, cette étudiante ne signerait pas non plus n'importe où. "La finance c'est un métier où souvent où l'objectif c'est de gagner de l'argent. Moi je cherche plus que cela, un travail utile, dans la finance verte, ou financer des projets gouvernementaux. C'est un métier où je pourrais rentrer chez moi en me disant que je suis fière de ce que j'ai accompli."

Ce changement de mentalité, Axelle Morin, salariée d'un cabinet de recrutement spécialisé dans les start-up, le constate tous les jours. "On a remarqué, à force de faire des entretiens avec les différents candidats, que la rémunération n'était pas le premier critère pour un étudiant", indique la professionnelle. "Cela passe en deuxième ou troisième plan, ils recherchent avant tout les missions, et l'entreprise qui pourrait vraiment leur plaire."

Des étudiants prêts à fonder ou reprendre une entreprise

Un comportement qui se constate dès la recherche de stage, poursuit Axelle Morin. "De plus en plus les stagiaires recherchent des entreprises qui reflètent ce qu'ils recherchent dans leur vie personnelle, dans l'environnement, le développement durable."

Autre enseignement du sondage Opinionway, les étudiants franciliens sont prêts à être leur propre patron, à plus ou moins long terme : 72% en ont l'envie. et pour 3 d'entre eux sur 10, ils l'envisagent dans les deux ans à venir.  Le salon des entrepreneurs se tiendra du 5 au 6 février au Palais des Congrès, porte Maillot.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu