Économie – Social

Les ex-salariés de l'abattoir AIM de Sainte-Cécile rencontrent la cellule de reclassement

Par Delphine Evenou, France Bleu Cotentin lundi 27 avril 2015 à 5:50

Les abattoirs AIM.
Les abattoirs AIM. © MaxPPP

Les toutes dernières lettres de licenciement sont arrivées ce week-end dans les boîtes aux lettres. Les 151 ex-salariés des abattoirs AIM de Sainte-Cécile (Manche) ont rendez-vous en ce début de semaine avec le cabinet privé chargé de les reclasser.

Après le choc du licenciement, il est temps de réfléchir à l'avenir. Les 151 ex-salariés de l'abattoir AIM de Sainte-Cécile rencontrent ce lundi et ce mardi la cellule de reclassement dirigée par Altedia, un cabinet privé de recrutement, ansi que le Pole Emploi de Granville, et la Direccte (Direction régionale des entreprises, du travail et de l'emploi). Ils se répartissent en groupes de 20 à 25 personnes, et chaque groupe pourra discuter des perspectives de chacun pendant une heure et demi. ll s'agit d'une première approche : aucune solution "clef en main" ne sera proposée en ce début de semaine.

Les ateliers de découpe sont les plus touchés

Alors que les dernières lettres de licenciements sont arrivées dans les boîtes aux lettres des salariés manchois, on en sait un peu plus sur les postes supprimés :

  • découpe : ils passent de 85 à 40 salariés

  • nettoyage : de 20 à 4

  • chargement : de 12 à 7

  • abattage : de 23 à 20

  • boyauderie : de 29 à 26.

206 salariés sauvés par la Scop

Pour choisir les 206 salariés sauvés, ce sont les critères de l'ancienneté ou du nombre d'enfants à charge qui ont été regardés, ainsi que la situation familiale car à Sainte-Cécile, le revenu d'une trentaine de couples dépendait uniquement d'AIM. Mais pour chacun, au moins un des deux salariés a pu garder son poste.