Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les ex-salariés de Loire Offset Titoulet quittent le site de La Talaudière

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Depuis la liquidation de leur imprimerie, les anciens salariés de Loire offset Titoulet occupaient le site de La Talaudière. Ils ont décidé d'évacuer les lieux alors qu'une delégation de représentants du personnel ont rendez-vous ce jeudi au ministère de l'économie.

Les salariés s'étaient donnés rendez-vous pour une dernière journée ensemble sur le site de La Talaudière
Les salariés s'étaient donnés rendez-vous pour une dernière journée ensemble sur le site de La Talaudière © Radio France - Mathilde Montagnon

La Talaudière, France

Ils espéraient ce rendez-vous depuis longtemps. Ce jeudi à 10h, une délégation de représentants du personnel de Loire offset titoulet a rendez-vous au ministère de l'économie.  Ils espèrent obtenir des primes supra légales, c'est à dire des primes de licenciement plus importantes que ce qui est fixé par la loi.  Ils veulent aussi que le ministère ouvre une enquête sur la gestion de l'entreprise Loire offset titoulet par ses anciens dirigeants.

Philippe Jean-Pierre, délégué syndical CFDT, travaillait à Loire offset depuis 27 ans. Il fera partie des 8 délégués reçus à Paris

Alors que la grande majorité des 133 salariés de Loire Offset Titoulet ont reçu leurs lettres de licenciement il y a 2 à 3 semaines, les délégués syndicaux, en tant que salariés protégés, ne doivent la recevoir que cette semaine. Quand leur licenciement sera effectif, ils n'auront plus accès au local syndical situé dans l'entreprise, et l'occupation du site de La Talaudière deviendra illégal. Les salariés ont donc commencé à vider les lieux ce mercredi. Mais avec la fin du piquet de grève, l'arrêt de l'imprimerie devient beaucoup plus concret. Certains salariés parlent de "véritable rupture".

Reportage de Mathilde Montagnon

Les salariés qui vont se retrouver le 10 juillet prochain au moment de la vente aux enchères des équipements de l'entreprise.